Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 21:01
Qui est riche et qui est pauvre en France ?

Source : l'Observatoire des inégalités

L’Observatoire des inégalités publie les seuils de pauvreté, de richesse et le niveau de vie des classes moyennes pour les principaux types de ménages. Des données essentielles.


Qui est pauvre, moyen ou riche selon le type de ménage ? Délimiter des frontières de niveaux de vie est une construction statistique. L’exercice est pourtant essentiel si l’on veut comprendre la société. Encore faut-il prendre quelques précautions. Nous publions des données détaillées de l’année 2011 par type de ménage. Elles sont obtenues à partir des déclarations d’impôts, auxquelles l’Insee a retiré les impôts directs payés et les prestations reçues (voir encadré méthodologique).

Qui est riche et qui est pauvre en France ?
Partager cet article
Repost0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 08:56

- Avez vous entendu parler du traité transatlantique ?

Il est vrai que 2014 est une année à l'actualité chargée et que beaucoup de sujets sont sources de discordes profondes. Pourtant, se prépare en toute discrétion, l'un des engagements politiques et économiques les plus importants.

La perspective d'une union intercontinentale se renforce avec le Partenariat transatlantique pour le commerce et l'investissement (PTCI) qui est une pierre de plus à l'édifice entrepris par l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

 

L'Union européenne négocie en totale opacité des traités juridiques avec le Canada et les Etas-Unis.

Cela illustre parfaitement le fonctionnement de l'Union Européenne et plus généralement la façon dont sont prises des décisions qui nous engagent, qui vous engagent. Le fait que certains décident pour d'autres, sans même les consulter, n'est-ce pas là une cause de discordes profondes ?...

 

Vous voulez en savoir plus ? Alors visionnez les documents ci-dessous.

- Les enjeux du Grand Marché Transatlantique ou TAFTA... (conférence-débat) - Raoul-Marc Jennar

 

- Pour en savoir plus encore, les explications de Jean Luc Mélenchon

Partager cet article
Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 11:48
Les distributions de dividendes plombent l’investissement des entreprises
Les résultats du CAC 40 pour 2013 soulignent encore une fois combien le coût du capital pèse sur le tissu productif français : avec des profits en baisse de 8 %, les grandes entreprises augmentent leur distribution de dividendes de 6 %, au détriment de l’investissement.
 
En 2013, les entreprises du CAC 40 ont réalisé 48 milliards d’euros de profits, en diminution de 8 % par rapport à 2012. La croissance en panne dans la zone euro, le ralentissement des pays émergents, l’appréciation de l’euro et des dépréciations d’actifs se combinent pour expliquer ces moins bonnes performances.
 
Pour autant, les actionnaires de ces entreprises vont .... pour lire la suite......
Partager cet article
Repost0
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 10:52
Une Scop, c'est quoi ?

Pour mieux faire connaître les Sociétés coopératives et participatives auprès du grand public et particulièrement des jeunes, le réseau des Scop lance sa toute première vidéo entièrement réalisée en animatique.

 

Sources : Les SCOP

- La Scop

Juridiquement, une Scop est une société coopérative de forme SA, SARL ou SAS dont les salariés sont les associés majoritaires.

 

Dans une Scop, les salariés sont associés majoritaires et détiennent au moins 51 % du capital social et 65 % des droits de vote. Si tous les salariés ne sont pas associés, tous ont vocation à le devenir.

 

Dans une Scop, il y a un dirigeant comme dans n’importe quelle entreprise. Mais celui-ci est élu par les salariés associés.

 

Dans une Scop, le partage du profit est équitable :
- une part pour tous les salariés, sous forme de participation et d’intéressement ;
- une part pour les salariés associés sous forme de dividendes ;
- une part pour les réserves de l’entreprise.

 

Dans une Scop, les réserves, impartageables et définitives - en moyenne 40 à 45 % du résultat - vont contribuer tout au long du développement de l’entreprise à consolider les fonds propres et à assurer sa pérennité. Les co-entrepreneurs sont rémunérés de leur travail et de leur apport en capital, mais à leur départ, celui-ci leur est remboursé sans plus-value.


 

- La Scic

Dans une Scic, les mécanismes coopératifs et participatifs sont identiques à ceux de la Scop. Toutefois, les membres associés au capital sont par définition de toutes natures : salariés mais aussi celles et ceux qui souhaitent s’impliquer dans le projet : clients, bénévoles, collectivités territoriales, partenaires privés, etc.

 

 

- Une Scop, c'est quoi ? La réponse en vidéo !

Pour mieux comprendre ce que sont les Scop, les Scic et même les CAE, découvrez le premier film d'animation sur les Sociétés coopératives et participatives :

 

 

Partager cet article
Repost0
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 15:48
Crédit photo photosdegauche.fr (michel_soudais)

Crédit photo photosdegauche.fr (michel_soudais)

Crédit photo photosdegauche.fr (michel_soudaisMardi 4 Février 2014

Source : le parti de Gauche  Bastien Lachaud , Matthias Tavel

- Grâce à ses Outremers, la France est le seul pays au monde à être présent sur cinq continents et dans tous les océans du globe

Mardi 4 Février 2014
  Bastien Lachaud , Matthias Tavel - See more at: http://www.lepartidegauche.fr/actualites/dossier/la-mer-avenir-l-humanite-26746#sthash.ohlSR83m.dpuf
Mardi 4 Février 2014
  Bastien Lachaud , Matthias Tavel - See more at: http://www.lepartidegauche.fr/actualites/dossier/la-mer-avenir-l-humanite-26746#sthash.ohlSR83m.dpuf
Mardi 4 Février 2014
  Bastien Lachaud , Matthias Tavel - See more at: http://www.lepartidegauche.fr/actualites/dossier/la-mer-avenir-l-humanite-26746#sthash.ohlSR83m.dpuf

Notre pays dispose du 2ème domaine maritime mondial, avec 11 millions de kilomètres carrés, et le 1er domaine maritime au monde pour sa biodiversité. Cette présence donne à la République française une responsabilité particulière dans la découverte des océans, la protection de l’écosystème marin et le bon usage des ressources de la mer. La Terre, planète bleue, est la seule du système solaire à être habitable, justement en raison de la présence massive de l’eau à sa surface. Ce sont les 70% de sa superficie qui sont recouverts d’eau qui permettent la vie humaine.

 

 

- L’humanité devrait donc faire de la mer un des enjeux scientifiques majeurs

Elle est pourtant l’objet de recherches largement insuffisantes. Inconnue, la mer l’est encore très largement, alors même qu’elle fut le lieu des plus grandes découvertes et aventures humaines. Ouvrir la mer à l’humanité ne veut pas dire la conquérir. Il ne s’agit pas d’aller au fond de la mer, de planter un drapeau et de dire « Nous avons gagné la course à l’abîme ». Il s’agit d’apprendre, de connaître pour mieux préserver et utiliser les ressources marines, pour le bien vivre humain. Des décisions concrètes sont nécessaires : augmenter les moyens publics alloués à la recherche, construire la première station permanente d’observation sous-marine ou encore renforcer la place des questions marines et maritimes dans les programmes scolaires.

 

 

- Elle n’a pas révélé l’ensemble de ses secrets
Et pourtant, la mer subit déjà de plein fouet le dérèglement climatique provoqué par l’activité humaine : réchauffement entraînant la fonte des glaciers, acidification réduisant la biodiversité, hausse généralisée de son niveau…

 

 

- La mer est la victime du productivisme et du capitalisme
Urbanisation sans contrôle des littoraux, pollutions, pêche intensive, course à l’extraction des minerais, pétrole et gaz off-shore etc. L’écosystème marin est saccagé par les capitalistes à la recherche de nouvelles sources de profits.

 


- Aucune mesure n’est prise pour répondre à l’enjeu que représente une pollution qui prend des formes parfois dramatiques, comme lors des marées noires
Pire ! Alors que les forages offshore ont démontré leur dangerosité lors de la catastrophe du Golfe du Mexique, le gouvernement Ayrault, dès sa prise de fonction, a confirmé l’autorisation faite à Total de poursuivre des forage au large de la Guyane. Au prix du limogeage d’une ministre de l’environnement. Avant d’en sacrifier une seconde sur l’autel des gaz de schiste.

 

 

- Loin d’être le bien public qu’elle devrait être, la mer est devenue un nouveau terrain de jeu pour les capitalistes et les intérêts privés
Et dans ce domaine aussi, l’austérité budgétaire réduit les investissements publics aux profits des intérêts particuliers des financeurs privés : privatisation du port du Pirée en Grèce, baisse du budget mer en France…

 

 

- Le Parti de Gauche propose au peuple français et aux peuples européens un projet écosocialiste pour la mer
 Notre écosocialisme n’est pas qu’une vague ambition. Il est un projet concret, appuyé sur la planification écologique. Il a pour objectif la préservation de l’écosystème humain, la relance de l’activité humaine et la création de millions d’emplois socialement et écologiquement utiles. Attardons nous sur deux secteurs clefs parmi d’autres : les transports et les énergies marines renouvelables.

 

 

- Il faut en finir avec le libre-échange absolu
Cette idéologie conduit à des aberrations sociales et écologiques avec comme finalité unique l’enrichissement de l’oligarchie financière. La mise en place d’un protectionnisme solidaire permettra de relocaliser les industries et donc de limiter les transports de marchandises sur la planète. Nous pourrons ainsi transporter moins, mais des échanges continueront d’avoir lieu et nous devons donc également transporter mieux. Il convient de garantir des normes sociales et écologiques élevées dans le secteur du transport maritime. Nous pourrons ainsi interdire les pavillons de complaisance dans les eaux territoriales françaises, favoriser l’intermodalité avec le fret ferroviaire, mais aussi développer l’usage des navires propulsés au gaz naturel liquéfié.

 

 

- Le développement des ports est également un levier que la puissance publique peut utiliser pour atteindre ces objectifs
Les ports français voient leur importance diminuer par rapport aux grands ports européens. Entre un tiers et la moitié des conteneurs à destination de la France transitent par un port étranger. Ce recul a donc d’importantes conséquences écologiques, les marchandises étant transportées jusqu’à nos frontières par la route. Les ports doivent redevenir des instruments publics d’un aménagement du territoire concerté et équilibré.
 

 

- De même, le développement des énergies renouvelables est indispensable pour organiser la nécessaire transition énergétique
La mer recèle un énorme potentiel dans ce secteur. Les éoliennes offshores qui permettent de s’affranchir des freins habituels liés aux nuisances sonores, visuelles et de voisinage produisent 4 gigawatts dans le monde, soit l’équivalent de quatre réacteurs nucléaires. Mais les énergies renouvelables marines ne se limitent pas aux éoliennes. Elles sont multiples : hydroliennes, la France dispose de la deuxième ressource européenne ; énergie marémotrice, développée en France dans le cadre de la planification étatique ; énergie houlomotrice (énergie mécanique), c’est-à-dire l’énergie des vagues ; énergie thermique qui exploite la différence de température entre les eaux de surface et les eaux profondes ; et bien sûr, les algocarburants, issus des micro-algues marines.

 

 

- Les énergies marines seront décisives pour tenir l’objectif de 23 % d’énergie renouvelables en 2020
Mais, elles ne sont pas sans conséquence sur l’environnement et leur déploiement doit être raisonné. Leur développement a un impact sur le trafic maritime et les zones de pêche et la question du raccordement au réseau terrestre est trop souvent négligée.

 

 

- Ces exemples illustrent les potentiels que recèlent les espaces maritimes
Pour garantir leur bon usage, dans ce domaine, comme dans les autres, notre méthode est la révolution citoyenne. Pour réussir ce formidable défi, nous aurons besoin de tous les travailleurs et amoureux de la mer, des ouvriers, des techniciens, des ingénieurs, des chercheurs, des organisations écologistes, syndicales…

En avant ! Cap au large !

Grâce à ses Outremers, la France est le seul pays au monde à être présent sur cinq continents et dans tous les océans du globe. Notre pays dispose du 2ème domaine maritime mondial, avec 11 millions de kilomètres carrés, et le 1er domaine maritime au monde pour sa biodiversité. Cette présence donne à la République française une responsabilité particulière dans la découverte des océans, la protection de l’écosystème marin et le bon usage des ressources de la mer. La Terre, planète bleue, est la seule du système solaire à être habitable, justement en raison de la présence massive de l’eau à sa surface. Ce sont les 70% de sa superficie qui sont recouverts d’eau qui permettent la vie humaine.

L’humanité devrait donc faire de la mer un des enjeux scientifiques majeurs. Elle est pourtant l’objet de recherches largement insuffisantes. Inconnue, la mer l’est encore très largement, alors même qu’elle fut le lieu des plus grandes découvertes et aventures humaines. Ouvrir la mer à l’humanité ne veut pas dire la conquérir. Il ne s’agit pas d’aller au fond de la mer, de planter un drapeau et de dire « Nous avons gagné la course à l’abîme ». Il s’agit d’apprendre, de connaître pour mieux préserver et utiliser les ressources marines, pour le bien vivre humain. Des décisions concrètes sont nécessaires : augmenter les moyens publics alloués à la recherche, construire la première station permanente d’observation sous-marine ou encore renforcer la place des questions marines et maritimes dans les programmes scolaires.

Alors même qu’elle n’a pas révélé l’ensemble de ses secrets, la mer subit déjà de plein fouet le dérèglement climatique provoqué par l’activité humaine : réchauffement entraînant la fonte des glaciers, acidification réduisant la biodiversité, hausse généralisée de son niveau…

La mer est la victime du productivisme et du capitalisme : urbanisation sans contrôle des littoraux, pollutions, pêche intensive, course à l’extraction des minerais, pétrole et gaz off-shore etc. L’écosystème marin est saccagé par les capitalistes à la recherche de nouvelles sources de profits.

Aucune mesure n’est prise pour répondre à l’enjeu que représente une pollution qui prend des formes parfois dramatiques, comme lors des marées noires. Pire ! Alors que les forages offshore ont démontré leur dangerosité lors de la catastrophe du Golfe du Mexique, le gouvernement Ayrault, dès sa prise de fonction, a confirmé l’autorisation faite à Total de poursuivre des forage au large de la Guyane. Au prix du limogeage d’une ministre de l’environnement. Avant d’en sacrifier une seconde sur l’autel des gaz de schiste.

Loin d’être le bien public qu’elle devrait être, la mer est devenue un nouveau terrain de jeu pour les capitalistes et les intérêts privés. Et dans ce domaine aussi, l’austérité budgétaire réduit les investissements publics aux profits des intérêts particuliers des financeurs privés : privatisation du port du Pirée en Grèce, baisse du budget mer en France…

Le Parti de Gauche propose au peuple français et aux peuples européens un projet écosocialiste pour la mer. Notre écosocialisme n’est pas qu’une vague ambition. Il est un projet concret, appuyé sur la planification écologique. Il a pour objectif la préservation de l’écosystème humain, la relance de l’activité humaine et la création de millions d’emplois socialement et écologiquement utiles. Attardons nous sur deux secteurs clefs parmi d’autres : les transports et les énergies marines renouvelables.

Il faut en finir avec le libre-échange absolu. Cette idéologie conduit à des aberrations sociales et écologiques avec comme finalité unique l’enrichissement de l’oligarchie financière. La mise en place d’un protectionnisme solidaire permettra de relocaliser les industries et donc de limiter les transports de marchandises sur la planète. Nous pourrons ainsi transporter moins, mais des échanges continueront d’avoir lieu et nous devons donc également transporter mieux. Il convient de garantir des normes sociales et écologiques élevées dans le secteur du transport maritime. Nous pourrons ainsi interdire les pavillons de complaisance dans les eaux territoriales françaises, favoriser l’intermodalité avec le fret ferroviaire, mais aussi développer l’usage des navires propulsés au gaz naturel liquéfié.

Le développement des ports est également un levier que la puissance publique peut utiliser pour atteindre ces objectifs. Les ports français voient leur importance diminuer par rapport aux grands ports européens. Entre un tiers et la moitié des conteneurs à destination de la France transitent par un port étranger. Ce recul a donc d’importantes conséquences écologiques, les marchandises étant transportées jusqu’à nos frontières par la route. Les ports doivent redevenir des instruments publics d’un aménagement du territoire concerté et équilibré.

De même, le développement des énergies renouvelables est indispensable pour organiser la nécessaire transition énergétique. La mer recèle un énorme potentiel dans ce secteur. Les éoliennes offshores qui permettent de s’affranchir des freins habituels liés aux nuisances sonores, visuelles et de voisinage produisent 4 gigawatts dans le monde, soit l’équivalent de quatre réacteurs nucléaires. Mais les énergies renouvelables marines ne se limitent pas aux éoliennes. Elles sont multiples : hydroliennes, la France dispose de la deuxième ressource européenne ; énergie marémotrice, développée en France dans le cadre de la planification étatique ; énergie houlomotrice (énergie mécanique), c’est-à-dire l’énergie des vagues ; énergie thermique qui exploite la différence de température entre les eaux de surface et les eaux profondes ; et bien sûr, les algocarburants, issus des micro-algues marines.

Les énergies marines seront décisives pour tenir l’objectif de 23 % d’énergie renouvelables en 2020. Mais, elles ne sont pas sans conséquence sur l’environnement et leur déploiement doit être raisonné. Leur développement a un impact sur le trafic maritime et les zones de pêche et la question du raccordement au réseau terrestre est trop souvent négligée.

Ces exemples illustrent les potentiels que recèlent les espaces maritimes. Pour garantir leur bon usage, dans ce domaine, comme dans les autres, notre méthode est la révolution citoyenne. Pour réussir ce formidable défi, nous aurons besoin de tous les travailleurs et amoureux de la mer, des ouvriers, des techniciens, des ingénieurs, des chercheurs, des organisations écologistes, syndicales…

En avant ! Cap au large !

- See more at: http://www.lepartidegauche.fr/actualites/dossier/la-mer-avenir-l-humanite-26746#sthash.ohlSR83m.dpuf
Partager cet article
Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 14:36
LR_Budget_2014.JPG

2014 : construisons un projet municipal pour combattre l'austérité !


La Rochelle le 25-02-2014

Source : http://17.lepartidegauche.fr

A en croire nombre de commentateurs politiques, de candidats soutenus ou pas par la majorité politique en place, les élections municipales de 2014 ne seraient pas une élection nationale !


Débattre de la politique du gouvernement ne serait pas à l'ordre du jour !

L'examen des conséquences budgétaires de cette politique au niveau local serait un « autre débat ».... les rochelais se contentant d'une gestion « à la papa », de quelques promesses « sociétales », de l'engagement de les « consulter avant de faire », de les « écouter »..... sans réel pouvoir de décision.


Il suffirait de mettre quelques champs de légumes bio entre les cuves de Picoty pour qu'ils voient « la ville en rose » !


Que nenni ! 
2014 sera une nouvelle année de gestion austéritaire de La Rochelle dans le cadre de la politique Hollande Ayrault. 
Car sur décision du gouvernement, les collectivités locales (régions, départements, communes) vont devoir renoncer à 1,5 milliard d'euros de dotations en 2014, ce qui, pour les communes, correspond à une perte de rien moins que 840 millions, soit en moyenne, l'équivalent de 12 euros par an et par habitant.

Pour La Rochelle, l'évolution de la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) en € est de :


2009 2010 2011 2012
- 120 520,00 € - 186 858,00 € - 386 342,00 €

- 226 245,00 €

Dans le même temps le gouvernement impose de nouvelles compétences sans en transférer les moyens (ex : réforme des rythmes scolaires soit selon M. Bono(1) 70 postes à financer, soit au minimum 530 000 € en 2014 pour une application initialement prévue en 2013).

Oui, le projet de budget 2014 de La Rochelle est frappé du sceau de l'austérité gouvernementale ! 

Il suffit de lire l'introduction « ELEMENTS DE CONTEXTE » pages 2-3-4 du projet de budget 2014 présenté en séance du Conseil Municipal de La Rochelle le 16 décembre 2013 pour se convaincre du contraire.


Notre adversaire, du local au national, c'est la finance et ceux qui la servent.

 

ENSEMBLE, nous construisons un projet municipal pour combattre l'austérité en diminuant le "coût de la ville" !

(1) Voir propos M. Bono à Sud Ouest

Partager cet article
Repost0
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 22:19

Il MANQUE 700 000€ dans les caisses de L’OFFICE de TOURISME de LA ROCHELLEauton2081.jpg

Tout en condamnant les auteurs de telles malversations, et en ayant une pensée à l’endroit des personnels concernés, il n’en demeure pas moins vrai qu’il s’agit notamment la conséquence d’un choix politique de gestion !
Insidieusement, sournoisement, dans de nombreux domaines, la municipalité à transféré ou confié à la gestion privée ce qui aurait dû rester dans le giron du public.

 

Faut-il rappeler qu’un office de tourisme, c’est d’abord un service public ayant des missions obligatoires : accueil, information, promotion....
En effet, pour le Conseil d’État, l’orga­nisme qui se voit confier l’accueil, l’information et la promotion touristique de la commune exerce une mission de service public municipal.

 

Une telle situation ne se serait pas produite (pas plus que celle de l’Astrolabe) si la gestion en avait été confiée à une régie publique.
Il y a urgence, sur l’ensemble du périmètre d’intervention de la collectivité de La Rochelle, à dresser l’état des lieux :
- de ce qui relève de la puissance publique ;
- de ce qui reste en gestion publique ;
- de ce qui a été délégué sous une forme ou une autre.

 

L’office de tourisme doit revenir en régie publique !
Et que l'on ne vienne pas nous dire que cela n'est pas possible ! Les outils juridiques sont à notre disposition. Reste la volonté politique.

C’est ce à quoi devra s’employer une équipe municipale qui veut mener une politique de gauche à La Rochelle.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 11:53

 

- 2013 : Jean-Luc Melenchon au salon de l'économie de la mer

Source : Le blog de Jean Luc Mélenchon

Jeudi 7 février 2013, Jean-Luc Mélenchon visitait le salon "Euromaritime", salon de l'économie de la mer, qui avait lieu à Paris. Il démontrait la nécessité et l'importance d'une planification écologique dans le secteur maritime. 

 

- 2019 : Présentation du rapport « Mers et océans : quelle stratégie pour la France ? »

Le mercredi 19 juin 2019, Jean-Luc Mélenchon et Joachim Son-Forget présentaient, en Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, le rapport « Mers et océan : quelle stratégie pour la France ? ». Un rapport dans lequel ils ont pointé du doigt les question de souveraineté de la France sur son territoire maritime, le deuxième du monde, mais aussi sur les enjeux écologiques liés aux questions maritimes. Jean-Luc Mélenchon a également parlé de l’importance de l’étude des grands fonds marins et de la capacité qu’avait la France à produire des normes juridiques internationales sur le sujet pour peu qu’elle s’investisse pleinement sur cette question.

 

  • Pour retrouver ce rapport dans son intégralité, cliquez ICI 

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 21:03
BLAYAIS - CIVAUX...... Il faut sortir du nucléaire !

La Rochelle.... Blaye : 110 km, La Rochelle..... Civaux : 130 km

 

Source : le site du Comité Ouest17 du Parti de Gauche le : 5 juillet 2011 | mis à jour le 5 novembre 2015

- Le nucléaire est une des préoccupations majeures des Français.

Début mai, deux mois après la catastrophe de Fukushima, la CUB avait, sans succés, demandé au préfet de la Gironde une extension du périmètre particulier d'intervention (PPI), qui prévoit des mesures d'information et de secours des citoyens en cas d'incident à la centrale, mais qui ne couvre qu'un rayon de 10 km autour du site nucléaire du Blayais. De fait, le million d'habitant de l'agglomération de Bordeaux, distant d'une quarantaine de km, est exclu du PPI.

 

C'est dans ce contexte que la Communauté Urbaine de Bordeaux a adopté une motion réclamant «la fermeture progressive et le démantèlement de la centrale du Blayais, à commencer par le réacteur n°1 qui a trente ans».

 

 

- Cette décision satisfait pleinement le Parti de Gauche.

Au niveau européen, les choses bougent à minima !

Suite à la catastrophe de Fukushima, le Parti de Gauche avait interpellé le Conseil de l'Europe "compte-t-il enfin protéger l'intérêt général des citoyens et des citoyennes européens et travailler à l'élaboration d'un plan de sortie du nucléaire ?...", et la commission "Sortir du nucléaire est un impératif...".

 

Les gouvernants de l'UE ont-ils tiré toutes les conséquences de la catastrophe qui a frappé le Japon ?

Hélas, il n'en est rien ! Certes, un accord a été trouvé à l'échelon européen. Il a tout pour rassurer la France, qui ne voulait surtout pas se voir imposer des critères de sécurité trop contraignants.

 

Selon cet accord minimal - qui augure mal d'une gouvernance mondiale du nucléaire civil - les vérifications seront effectuées sur la base du volontariat dans les 14 pays de l'Union concernés, le risque terroriste ne sera pas pris en compte, et la décision éventuelle de fermer une centrale sera du seul ressort national.

 

On voit bien que seuls les peuples peuvent faire avancer les décisions.... après l'Allemagne et la Suisse, l'Italie !


Ainsi, le non des italiens au nucléaire par voie référendaire est un nouveau coup porté à l'atome, L'Allemagne ayant décidé le 30 mai de fermer ses derniers réacteurs en 2022, devenant la première grande puissance industrielle à renoncer au nucléaire depuis Fukushima. La Suisse avait annoncé quelques jours plus tôt sa sortie progressive du nucléaire d'ici à 2034.

 

 

- Et en France... on se contente de vérifier !

Comme les 17 autres centrales nucléaires françaises en activité, le Blayais (Gironde) et Civaux (Vienne) devront rapidement se soumettre à des tests de sécurité.

 

Partout en France, il s'agira, en théorie, de tirer les enseignements de la catastrophe de Fukushima, tragédie toujours en cours, et pour de longs mois encore. Ces deux centrales devront sacrifier à deux procédures distinctes : les « stress tests » européens et l'évaluation complémentaire de sécurité.

 

L'évaluation franco-française devra être bouclée le 15 novembre. EDF a l'obligation de transmettre au préalable à l'ASN (Autorité de Sureté Nucléaire) un rapport sur chacune de ses centrales.

 

 

- L'électricien a-t-il des raisons de s'inquiéter ?

  • la situation de la centrale du Blayais est sujette à question !

Cette centrale a connu plusieurs incidents, très mineurs, mais en 1999 lors de la tempête Martin, la centrale ayant été construite trop basse, le site a été inondé (il aurait fallut la surélever par rapport au niveau du fleuve, ce qui aurait entrainer des surcouts). On a frôlé la catastrophe, l'incident majeur (sous-sols inondés par la crue venue du large, elle apparaissait comme un îlot au milieu du marais submergé).

 

Certes, selon l'ASN «Un ensemble de mesures ont été prises avec le retour d'expérience de 1999 notamment la surélévation de la digue de protection, le réexamen de toutes les installations électriques et l'organisation interne sur le site».

 

Mais la seule route d'accès au site nucléaire, sur la rive droite de l'estuaire, n'a pas varié de profil depuis douze ans. Dans les mêmes conditions, la centrale pourrait rester inaccessible plusieurs heures. Et si la prochaine tempête est plus violente ?

 

Or, l'audit insiste sur la « gestion opérationnelle des situations accidentelles » et sur le cumul de plusieurs facteurs d'accident. Comment ne pas penser à une perte du système de refroidissement d'un réacteur combinée à l'impossibilité pour les secours de se rendre sur les lieux ?

 

  • la situation de la centrale du Civaux en risque de panne sèche !

La situation se présente différemment dans la centrale de Civaux, qui n'est pas confrontée au risque estuarien.

 

Le risque de crue venue de l'amont devra en revanche être examiné. Située prêt de Poitiers, sur le bassin de la Vienne, pour l'heure, c'est plutôt le manque d'eau qui inquiète à Civaux. Pour assurer son fonctionnement et en particulier le refroidissement de ces réacteurs, la centrale de Civaux prélève de l'eau dans la Vienne.

 

Au 1er juin 2011, le débit mesuré à Cubord (c'est la station de Cubord qui fait office de station débitmétrique de référence pour le suivi du fonctionnement de la Centrale) est de 15,6 m3/s et celui à Lussac-les-Châteaux est de 19,5 m3/s. Ces valeurs sont très en deçà des valeurs moyennes observées à cette époque de l'année, et même inférieures aux valeurs historiques minimales. Il faut 12 m3/s. pour maintenir les deux réacteurs en fonctionnement.

 

 

- La Charente Maritime épargnée par le risque nucléaire ?

Il n'en est rien ! voir carte

- La Rochelle est à 110 km de la Centrale du Blayais et à 130 km de celle de Civaux.
- Saintes et Royan sont à 50 km (à vol d'oiseau) de la centrale du Blayais.
 
Si un incident semblable à celui de Fukushima s'y produisait, les habitants de Jonzac, Montendre, Mirambeau, Pauillac, Saint-Laurent de Médoc et Blaye seraient évacués (rayon de 30 km).
 

La centrale de Blaye a été mise en service entre 1980 et 1983. Elle est désormais âgée de 30 ans ce qui est la durée d'exploitation initialement prévue, pourtant son arrêt n'est pas a l'ordre du jour et des investissements supplémentaires sont envisagés pour prolonger sa vie de quelques dizaines d'années en injectant 2,4 milliards d'euros !

 

 

- Sortir du nucléaire : il faudra que le débat ait lieu !
Il est grand temps en France, de poser clairement le débat et de prévoir un réel plan de sortie du nucléaire.

 

Un moratoire sur la construction semble un minimum. Un engagement fort vers les énergies renouvelables un axe indispensable pour remplacer petit à petit l'électricité nucléaire par de l'électricité renouvelable.

 

Le gouvernement reste sourd et s'enferme dans un discours réducteur qui clame que la sûreté en France est meilleure qu'ailleurs, que nous ne risquons rien, et que plus que jamais l'avenir est atomique ! L'état continue à miser sur le nucléaire en prévoyant de nouvelles centrales, des milliards pour prolonger la vie des centrales actuelles? autant d'investissements qui pourraient dès aujourd'hui servir au réel développement d'énergies alternatives et renouvelables.

 

 

- Le Parti de Gauche, exige :

  • un moratoire sur l'énergie nucléaire (EPR de Flamanville en construction) ;
  • un referendum pour que la nation se prononce sur la politique énergétique qu'elle souhaite voir mise en œuvre ;
  • la mise en place d'un service public de l'énergie, l'abolition du précariat social, facteur de risque au travers de la sous-traitance en cascade ;
  • un plan de sortie définitive du nucléaire ;
  • un plan de gestion des déchets et de démantèlement des centrales existantes ;
  • l'abolition de toutes les usages militaires du nucléaire ;
  • le développement des énergies renouvelables.

 

Pour en savoir plus :

- mon dossier nucléaire

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 21:14
Pour le Parti de Gauche, HOLCIM à La Pallice ? NON !

HOLCIM agit contre l'emploi.... et contre le cadre de vie !

 

Source : site du Parti de Gauche de Charente Maritime La Rochelle le 11-01-2011 mis à jour le 03-04-2020

- 1 - La logique d'HOLCIM et autres cimentiers

HOLCIM[1] en France, c'est malgré la crise qui fait chuter les consommations de ciment, une guerre ouverte avec ses concurrents Lafarge, Vicat Calcia (filiale de l'italien Italcementi),.... préparant la sortie de crise pour être en position dominante...

 

- L'implantation à La Rochelle Pallice n'est pas due au hasard !

. C'est en 2008 que les rochelais et rétais entendent parler pour la première fois d'HOLCIM à La Pallice.
. Aujourd'hui HOLCIM affirme vouloir produire entre 500 000 et 600 000 tonnes de ciments par an et créer 22 emplois sur l'anse Saint- Marc qu'en est-il en réalité ?
+ 22 emplois en + ici dont combien en mutation interne ?
+ 22 emplois ici et combien en moins demain dans les autres cimenteries du Poitou/Charentes (AIRVAULT dans le 79 : 145 emplois - BUSSAC-FORET dans le 17 : 117 emplois - LA COURONNE dans le 16 : 130 emplois)......

 

- Les ports sont les têtes de pont de la guerre des cimentiers

Les installation du type de celle qu'HOLCIM veut installer à La Pallice constituent, le bout de la chaîne de production d'une cimenterie, sa partie la moins coûteuse (le broyage, l'assemblage, l'expédition).
Les centres de broyage qui s'implantent dans les ports irriguent le territoire en ciment, au détriment des usines et installations existantes.

 

- Importer du clinker pour contourner le protocole de Kyoto et courir après le travail à bas prix.
Le clinker importé n'est pas soumis aux dispositions du protocole de Kyoto ce qui permet aux cimentiers d'engranger de confortables profits à travers la revente de leurs certificats d'émission de carbone.
Le ciment issu de clinker importé devient ainsi « compétitif » vu le cout du travail des pays d'origine.
 
Alors que les implantations locales permettent de limiter les couts de transports et les nuisances qui s'y attachent..... les investissements de maintenance dans les cimenteries sont revus à la baisse, l'outil de travail vieillit, les menaces de fermetures d'unités de production se profilent chez Lafarge et ailleurs.
Entre 1999 et 2008, les importations de clinker (qui sert de base à l'élaboration du ciment) ont été multipliées par six, et aujourd'hui, elles représentent près de 20% de la consommation annuelle de ciment dans l'Hexagone.
 
- HOLCIM défends l'environnement...... au Maroc (unité de Settat) [2] !

L'entretien donné par Dominique Drouet, président du directoire de HOLCIM Maroc, à J.E. HERRADI du quotidien marocain l'Economiste est édifiant :
« question : Vous avez privilégié le transport des matériaux par train[
3]. Est-ce pour des questions de coût ? Ou pour préserver l'environnement ? - réponse : Il y a un peu de cela, mais notre souci majeur demeure aussi la préservation de l'environnement.... HOLCIM a, certes, aménagé des routes, amené eau et électricité, mais il lui faut aussi éviter la pollution sonore et également celle que peut provoquer une activité de transport par camions. Le transport ferroviaire, c'est connu, n'est pas polluant. En plus, les nombreux va-et-vient des camions peuvent détériorer la route qui vient d'être construite au profit des habitants de la région. Holcim a toujours veillé à la sauvegarde de l'environnement et à sa préservation. »

 

Mais, pour les habitants de Laleu et La Pallice, de Rivedoux c'est des craintes justifiées sur l'impact esthétique du site, les poussières générées par l'activité, les nuisances sonores induites, les risques de pollution atmosphérique, voire de rejets de particules, et la circulation 300 camions par jour.... alors que le rail dessert le port... et qu'un projet de contournement ferroviaire de La Pallice est dans les cartons, mais n'est pas financé !

Le combat des résidents est légitime, le Parti de Gauche le soutient !

 

 

- 2 - Les élus majoritairement disqualifiés

- Si les municipalités et les élus locaux se flattent de pouvoir coucher sur leur bilan municipal la création de telle ou telle « activité économique » (Commune de La Rochelle : avis favorable (délibération du 26 avril 2010)....

 

- Si les directions des ports accueillent à bras ouverts ces activités qui augmentent leur trafic (+ 6 à 10% prévu pour la Pallice)....c'est, dans ce dossier, une politique a courte vue, faisant fi des enjeux économiques réels, des intérêts des populations, de leur environnement, des règles et procédures qui les protègent.

 

Certains vont même jusqu'à vouloir nous faire croire qu'ils ignoraient tout..... alors qu'ils font partie des cabinets feutrés du quarteron des « décideurs » (conseil de surveillance du Port de La Pallice notamment).

 

Pourtant d'autres font le choix de dire non (Commune de Rivedoux : avis défavorable (délibération du 30 avril 2010)....

Rien ne justifie l'implantation d'HOLCIM à La Pallice !
 
 

- Pour le Parti de Gauche :

- l'intérêt des populations ne doit pas être considéré comme secondaire, elles doivent, dés l'apparition de projets, être associées à la concertation ;

- l'installation d'activités industrielles à proximité de secteurs résidentiels doit être limitée à des domaines non polluants et non à risques ;

- la casse du maillage territorial de l'industrie du ciment et de l'emploi qui s'y attache au profit d'importations doit être combattue, un plan de modernisation des unités de production existantes négocié ;

- le contournement du protocole de Kyoto sur l'environnement doit être dénoncé et combattu ;

- le tout routier banni, les décideurs doivent imposer que le rail soit prépondérant

- le financement du contournement ferroviaire de La Pallice doit être accéléré.

 

  • Communiqué de presse : "Le Parti de Gauche dit non à Holcim"

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Blog INSOUMIS.
  • : INFORMER pour MOBILISER et AGIR ENSEMBLE
  • Contact

La France insoumise, L'AVENIR EN COMMUN

-N'attendez pas la consigne !

✅ Rejoignez la France insoumise (cliquez ci-dessous) 👇

-" NOUS SOMMES POUR " le site de la campagne des présidentielles 2022

Ensemble, tout est possible !
Nous sommes déjà plus de 183 000, rejoignez nous
 ( pour nous rejoindre, cliquez ci-dessous) 👇

 

-

" L’AVENIR EN COMMUN ", programme de campagne 2022

✅ Visitez  le programme de 2022 (cliquez ci-dessous) 👇

" L’avenir en commun " est en version téléchargeable ICI

 

-

Le JOURNAL de L'INSOUMISSION (cliquez ci-dessous) 👇

 

- La chaîne télé de Jean Luc Melenchon (cliquez ci-dessous) 👇

Pour vous abonner gratuitement, cliquez ICI

Recherche

La France insoumise à l'Assemblée Nationale

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

Sur les réseaux sociaux  :

Facebook  - Twitter

Pour ne pas avoir à subir un duel Macron/Le Pen en 2022 : LEVONS NOUS EN MASSE !


 

🔴  Pour une VIe République, refonder notre démocratie... levons nous en masse !

 

👉 Ensemble, nous les mettrons en échec, un outil est à votre disposition : ✍️ https://noussommespour.fr/

 

Le site du Parti de Gauche

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Manifeste pour l'Ecosocialisme

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Mouvement pour la 6e République

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Des outils pour combattre le FN et l'idéologie d'extrême droite française

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇


🔴  et aussi : Observatoire national pour « mettre sous surveillance » l’extrême droite

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇