Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2022 4 06 /10 /octobre /2022 18:20
Chronique de la « GUERRE GLOBALE » : tension extrême dans le DÉTROIT DE FORMOSE

Taïwan : les tensions entre Chine et États-Unis se radicalisent[0] !

 

Après le point sur la guerre en Ukraine dans notre précédent numéro, ce second volet de la « guerre globale » se penche sur l’Extrême-Orient. Nous vivons l’étape ultime précédant une guerre éventuelle, comme c’était le cas en Ukraine dans les années 2000 et 2010, à savoir l’étape du pré positionnement stratégique belliqueux. La tension monte et les Occidentaux, tout comme la Chine populaire, guettent l’erreur éventuelle de l’adversaire pour ouvrir les hostilités.

 

 PREMIERE ARTICLE ICI 👉 : POINT SUR LA GUERRE EN UKRAINE EN SEPTEMBRE 2022

 

 

Sources : RESPUBLICA | mis à jour le 02/02/2023

 SECOND ARTICLE : TENSION EXTRÊME DANS LE DÉTROIT DE FORMOSE

- L’étincelle Pelosi

Nancy Pelosi fraîchement reçue à Tokyo et Séoul, embarrassés par les conséquences de sa visite à Taïwan

L’histoire retiendra peut-être cette date : le 2 août 2022. C’est le jour où Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, est arrivée à Taïwan, devenant ainsi le plus haut responsable politique américain à se rendre sur l’île en 25 ans[1]. Ainsi les États-Unis ont décidé, totalement « à froid », de raviver un conflit vieux de 73 ans, et cela en pleine guerre en Europe.

  • Pourquoi cette provocation ?

Il est impossible d’apporter aujourd’hui une réponse définitive à cette simple question. Pourtant, l’enjeu est considérable. Provoquer la Chine populaire, c’est provoquer une Russie multipliée par 10 ! En effet, la Chine représente dix fois la Russie en termes de produit intérieur brut en 2020 (PIB russe : 1,483 billion dollars ; PIB Chine : 14,720 billions dollars[2]), comme en termes de population (Russie : 144 millions ; Chine : 1,402 milliard).

 

Cette fois-ci, la Chine de Xi Jinping n’a pas fait le dos rond et a relevé le défi. Des manœuvres militaires de grande ampleur ont été organisées par l’armée chinoise, l’APL (Armée populaire de libération). À la veille de son vingtième congrès qui se tiendra cet automne, le Parti communiste chinois (PCC) change de ton et abandonne sa traditionnelle réserve, si chère à Deng Xiaoping. Ce dernier avait pour règle d’or la prudence et le refus de céder aux provocations des Occidentaux. Aujourd’hui, le maître de la cité interdite refuse de courber la tête. Tout est donc prêt pour une escalade dans les prochains mois.

 

Depuis « l’étincelle Pelosi », le complexe militaro-industriel américain utilise tout son poids politique et d’influence pour armer Taïwan. Un formidable marché pour rénover la flotte d’avions de guerre taïwanaise est à l’ordre du jour. Lockheed Martin et Boeing jouent des coudes pour fournir les armes aériennes de dernière génération.

 

Car les États-Unis mettent le paquet, n’hésitant pas à se mettre en parfaite contradiction… avec eux-mêmes ! Car l’enjeu du conflit est un pays, Taïwan, qu’ils n’ont jamais reconnu[3].


Taïwan est un curieux pays, une sorte d’ambiguïté territoriale : cette île est exclue de toutes les instances mondiales, l’ONU, la Banque mondiale, l’OMS ou du FMI. Elle a réussi uniquement à intégrer l’organisation mondiale du commerce (OMC). L’immense majorité des pays du monde, dont les États-Unis, ne reconnaissent qu’une seule Chine, la Chine populaire[4]. La communauté occidentale reconnaît par là même l’appartenance de l’île de Taïwan à la nation chinoise unique. Pour surmonter idéologiquement cette contradiction, les États-Unis ont inventé le concept « d’ambiguïté stratégique[5] », maniant le flou total sur leur participation à une éventuelle défense de Taïwan en cas d’attaque de la Chine continentale, c’est dire la clarté de la situation actuelle !

 

 

- De Taïwan à Baltimore
Pour mieux comprendre le voyage de Nancy Pelosi, un détour est nécessaire par la grande histoire contemporaine de la Chine, mais aussi par la petite histoire d’une ville américaine du Maryland, Baltimore… lieu de naissance justement en 1940 de l’actuelle présidente de la Chambre des représentants des États-Unis.

 

 

- « Formosa » entre Chine et Japon
Cette île, remarquée par les intrépides navigateurs portugais qui l’appelèrent « Formosa » (« belle » en portugais) et peuplée historiquement d’aborigènes, était plutôt hostile aux empereurs chinois. Il y avait de quoi : les Chinois méprisaient les natifs considérés comme des « sous-hommes ». Les îliens changèrent d’oppresseur à la fin du XIXe siècle, se retrouvant sous souveraineté japonaise après la défaite de l’empire de Chine contre le Japon en 1895. L’île de Taïwan (« grande baie » en chinois) subit une dure occupation de la part des Japonais, également teintée d’un profond mépris raciste. Ce qui amena sa population à adhérer aux idées progressistes et républicaines de Sun Yat-sen, fondateur de la République de Chine. Notons que les idées communistes étaient aussi partagées par beaucoup d’habitants de la « belle » île. Le 2 septembre 1945, lorsque le Japon capitula sans condition, Taïwan fut évacué par l’armée nippone[4].

 

 

- Un refuge pour le Kuomintang
Toutefois, la république de Chine ne va pas récupérer directement ce territoire, mais c’est l’ONU tout juste créée qui reçut mandat de décider de l’avenir de l’île. L’organisation internationale confia donc à l’armée des États-Unis le soin du transfert de souveraineté à la Chine continentale, c’est-à-dire à l’époque au Kuomintang de Tchang Kaï-chek.

Ainsi, l’histoire de Taïwan croisa celle des États-Unis dès l’après-guerre. L’armée yankee et celle de Tchang Kaï-chek prirent possession des lieux. Mais, dès 1946, ce qui deviendra la « guerre froide » commença à régir les rapports entre les puissances. Et sur le terrain chinois, les troupes communistes de Mao Zedong volèrent de victoire en victoire, les jours du Kuomintang étaient comptés.

 

LE MASSACRE / L’INCIDENT 228 二二八事件 – 28 FÉVRIER 1947

 À Taïwan, les troupes nationalistes, avec les conseils du corps de Marines américain, envisagent que l’île devienne un refuge en cas de malheur. Le 28 février 1947, resté dans l’histoire sous le nom de « l’incident 228[6] », débuta une grande révolte populaire contre le gouvernement du Kuomintang. Celui-ci réagit en massacrant méthodiquement tous les « communisants », et pour éviter d’en oublier un seul, ils liquidèrent également tous les progressistes. Bilan : entre 10 000 et 30 000 morts selon les estimations. L’inévitable défaite du KMT (Kuomintang) sonna bel et bien en 1949. Le Parti communiste chinois prit le pouvoir le 1er octobre de cette année.

 

Les débris de l’armée de Tchang Kaï-chek, plus de deux millions d’hommes souvent accompagnés de leurs familles, traversèrent le détroit de Formose et débarquèrent à Taïwan. Le KMT imposa sa dictature sur Taïwan en se prétendant le pouvoir légal chinois et le représentant de toute la république de Chine. Notons au passage un point important  : la « sinisation[7] » définitive de cet archipel (Taïwan est en fait un archipel composé de dizaines d’îles et de centaines d’îlots) date de cette époque, les aborigènes et les descendants de l’occupant japonais étant noyés sous les millions de Chinois fraîchement débarqués du continent.

 

 

- Une épouvantable dictature à l’ombre de la 7e flotte
Tchang Kaï-chek et le KMT instituèrent la loi martiale qui resta en vigueur jusqu’en 1987. Une terrible « terreur blanche » (en chinois : 白色恐怖 ; pinyin : báisè kǒngbù) se déchaîna durant quatre décennies : on compte des milliers de morts par exécution, des dizaines de milliers d’emprisonnés. Ce régime sanguinaire a survécu grâce à l’assistance économique et à la protection militaire américaine de la 7e flotte dans le détroit de Formose[8].

 

Toutefois, le régime du KMT disposait de deux atouts de première main :

  • D’abord, il détenait le siège permanent chinois au conseil de sécurité de l’ONU jusqu’en 1971, date de sa restitution à la Chine populaire. Que Taïwan fasse partie du Conseil de sécurité de l’ONU a été important pour les États-Unis, permettant par exemple au début des années 1950 que le corps expéditionnaire américain en Corée soit déployé sous l’égide de l’ONU et non sous étendard yankee (bénéficiant aussi de l’erreur de l’URSS jouant alors la politique de la « chaise vide » durant deux séances décisives du Conseil de sécurité).

 

  • Deuxième atout, une influence sur la diaspora chinoise, la plus grande du monde, une influence certes minoritaire, mais essentielle pour les États-Unis. En effet, l’enjeu était d’une extrême importance en Asie, en particulier entre les années 50 à 80 pour éviter que les communautés chinoises basculent du côté des communistes, comme cela a été le cas en Indonésie où s’est déchaînée une terrible répression anti communiste en 1965-1966 (entre 500 000 et 3 millions de morts[9]) et à Saïgon avec le soulèvement pro Viêt-Cong du quartier chinois de Cholon au moment de l’offensive du Têt en janvier 1968. Il était donc essentiel pour les USA de doter Taïwan de moyens exceptionnels pour contrecarrer la domination de Pékin sur la diaspora.
    • Une alliance stratégique anti-communiste a été mise en place entre la CIA, le Kuomintang et les « Triades ».
      Membres de triades arrêtés en Thaïlande avant 1950.
      Membres de triades arrêtés en Thaïlande avant 1950.
      Ces dernières étaient des sociétés secrètes patriotiques créées à la fin du XIXe siècle qui se transformèrent progressivement au cours du siècle suivant en organisations purement mafieuses. Interdites par la Chine communiste en 1949, elles se replièrent à Hong Kong et surtout à Taïwan. Leur rayonnement sur la diaspora chinoise fut considérable, car la CIA les laissa dominer totalement le trafic des opiacés, y compris sur le territoire américain, générant des revenus monstrueux. Les experts estiment que dans les années 1980, le chiffre d’affaires des « triades » était de l’ordre de 1,1 % du produit intérieur brut des USA, soit plus de 50 milliards de dollars de l’époque[10].
    • Cette masse financière permit entre autres la surveillance et le contrôle des diasporas chinoises, malgré l’activisme patriotique de la Chine populaire.

 

 

- « Triades » chinoises pro Taïwan et mafias « démocrates » américaines
Le point de contact entre les « Triades » monopolisant le trafic des opiacés et les mafias américaines, en particulier d’origine italienne, est la collaboration commerciale pour la diffusion de drogue. De leur côté, les organisations mafieuses américaines étaient historiquement du côté des « démocrates ». Le président Kennedy fut d’ailleurs élu en 1960 de justesse (un écart de 0,17 %) grâce aux voix achetées par les maffiosi de Chicago ou d’ailleurs[11].

 

À Baltimore, nœud ferroviaire et routier de la côte Est des États-Unis permettant la distribution des produits licites et illicites sur tout le rivage atlantique des États-Unis, ce fut le père de Nancy Pelosi[1], Thomas D’Alesandro Jr, qui d’abord régna sur la ville, maire de 1947 à 1959. Connue sous le nom de « Big Tommy », sa base était située dans le quartier de « little Italy ». Puis, après un court intermède, ce fut le frère de Nancy Pelosi, également démocrate, Thomas D’Alesandro lll, qui lui succéda à la mairie de Baltimore de 1967 à 1971. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la réputation du père comme du fils était fort sulfureuse, tout comme d’ailleurs celle d’un autre italo-americain, Paul Pelosi, mari de Nancy. Celui-ci a fait fortune dans l’immobilier avec des opérations financières pour le moins suspectes. Bref, des années 1960 aux années 2000, la convergence entre les « Triades » et les Italo-américains a été constante pour les « affaires », légales ou non, et s’est traduite sur le plan politique par un soutien sans faille au Parti démocrate. Le soutien du lobby de Taïwan au « parti bleu », en particulier après la restitution de Hong Kong à la Chine populaire en 1997 a été permanent et puissant. Plusieurs scandales de subventions financières occultes des campagnes présidentielles démocrates par des intérêts taïwanais liés aux « Triades » ont fait grand bruit au cours des années 1980 et 1990.

 

Le lobby pro-Taïwan aux USA, dont Nancy Pelosi a toujours fait partie, a été caractérisé par un ultra activisme agrémenté de « dessous de table » à Washington. Visiblement, le voyage de 2 août de la présidente de la Chambre des représentants a peut-être été une opération diplomatique « au forceps ». Car, il semble bien que l’administration Biden ait été mise au pied du mur. Il n’empêche qu’aujourd’hui le basculement vers la confrontation USA-Chine populaire est la ligne de plus forte pente.

 

 

- Le tournant taïwanais vers la démocratie… et les semi-conducteurs
De nos jours, le soutien occidental à Taïwan se renforce constamment, bien que les pays du camp occidental et de l’OTAN n’aient pas reconnu diplomatiquement l’île. Il s’agit pour l’instant d’un soutien économique et idéologique. Depuis peu, le soutien militaire massif commence à pointer son nez aussi.

 

Sur le point de « la guerre des idées », il est aisé en 2022 pour les démocraties libérales de présenter Taïwan comme un « modèle » en termes de liberté et de droits de l’homme en Asie, à l’instar d’ailleurs de la présentation positive de la « démocratie ukrainienne » sur le continent européen.

 

En effet, depuis la fin des années 1990, l’île chinoise est passée d’une épouvantable dictature à une démocratie pluraliste formelle. Bien sûr, il s’agit d’une démocratie totalement cadenassée qui se réduit en fait à un duel permanent entre le vieux parti KMT (Kuomintang) et le Parti démocrate progressiste (Minjindang). Le premier de ce duo politique penche pour un dialogue avec Pékin sur l’avenir définitif de l’île, le second se positionnant pour une marche vers l’indépendance. Car, jusqu’à présent, Taïwan n’a jamais proclamé son indépendance ! Encore une autre « ambiguïté stratégique ».

  • Donc, aussi curieux que cela paraisse, de nombreuses voix s’élèvent en Occident pour défendre une entité qui n’est pas reconnue internationalement et qui n’a jamais déclaré sa propre indépendance… C’est ce que l’on pourrait appeler une zone grise en plein brouillard ! Les médias des pays alliés des États-Unis se mobilisent à fond pour « promouvoir » la « démocratie exemplaire taïwanaise ».
  • Pots-de-vin et morts mystérieuses: les frégates de Taïwan, une affaire digne d'un thriller
    En France par exemple, le sujet est d’actualité à longueur de colonnes et régulièrement présent sur les ondes. Notre pays aurait-il oublié son pire scandale de corruption par la masse financière des « pots-de-vin » que l’on nomma à l’époque « l’affaire des frégates de Taïwan »[12]) ? « Une enquête fut ouverte à propos des rétrocommissions (interdites par la loi), mais les juges se sont vu opposer le secret défense par les gouvernements de droite comme de gauche »[13]. Pourtant, cette affaire date des années 1990 et 2000, c’est-à-dire à une époque où Taïwan était déjà une « démocratie exemplaire ». L’esprit des « Triades » a, semble-t-il, encore de beaux restes !

 

Mais l’atout maître en 2022 de Taïwan, c’est son industrie high-tech, en particulier sa place de leader dans une industrie vitale pour le monde occidental, celle des semi-conducteurs : les « puces » électroniques étant indispensables aux automobiles, avions, ordinateurs, smartphones… Et Taïwan représente 60 % de leur production mondiale[14]. Des investissements monstres ont été nécessaires pour construire cette industrie. Le trésor des « Triades » y a certainement largement contribué. Avec la montée de la tension dans le détroit de Formose, la Chine communiste bloque les importations de la silice dans l’île, matière première de la fabrication des « puces » électroniques[15]. Notons que les relations économiques entre Taïwan et la Chine continentale sont particulièrement développées. En fait, depuis une vingtaine d’années, les deux entités industrielles sont quasiment intriquées. Par exemple, la principale entreprise de Taïwan pour les semi-conducteurs, le mastodonte Taïwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC), produisant quasiment la moitié des « puces » électroniques de la planète, dirige ses usines géantes aussi bien sur l’île, que sur le continent chinois. Un éventuel blocus de Taïwan par la Chine populaire, similaire à celui de Cuba par les États-Unis, serait fatal pour l’industrie high-tech de la « belle » île.

 

Face à cette situation industrielle très tendue, les États-Unis semblent jouer sur deux tableaux :

  • d’une part, augmenter leur soutien, y compris militaire, à Taïwan,
  • et d’autre part déclencher une relocalisation en urgence des usines de semi-conducteurs sur le territoire américain.

Le dernier accord américano-mexicain de septembre 2022 porte d’ailleurs sur la construction de gigantesques unités de production de « puces » de part et d’autre de la frontière du Rio Grande[16]. Ainsi, les États-Unis se préserveraient d’une perte définitive de l’île chinoise… un élément assez inquiétant pour le Parti démocrate progressiste actuellement au pouvoir à Taïwan.

 

 

- « L’ambiguïté stratégique » peut durer longtemps… y compris en cas d’invasion de Taïwan
Comment réagiraient les USA, l’AUKUS (acronyme désignant l’alliance politico-militaire Australia, United Kingdom et United States) ou encore l’OTAN, en cas d’intervention de la Chine communiste pour récupérer sa province taïwanaise ? Il est très difficile de conclure définitivement sur cette question. À l’ère des missiles hypersoniques « tueurs de porte-avions », la 7e flotte ne dispose plus de la suprématie totale sur mer. De son côté, la Chine n’est plus un « nain militaire », depuis un quart de siècle, son armée (APL) est devenue une force non négligeable, et le pays dispose d’une puissance atomique, ainsi que d’une flotte de satellites spatiaux permettant une parfaite connaissance des moindres mouvements des flottes militaires occidentales.

 

 

Il est donc fort possible qu’en cas de débarquement de l’APL (Armée populaire de libération) à Taïwan, les États-Unis jouent un simple soutien à une guerre prolongée, une sorte de guérilla high-tech à l’image de la résistance ukrainienne à l’invasion russe en mars-avril dernier. Problème : Taïwan est une île dont le ravitaillement en armes et munitions ne pourrait se faire qu’en brisant un éventuel blocus maritime ou en empêchant militairement la Chine populaire de contrôler l’espace aérien de Taïwan. Aussi les dangers d’affrontements directs entre l’APL et l’US Army et ses alliés sont potentiellement très importants.

 

Pour sa part, la Chine populaire ne dévoile pas son jeu : elle attend de voir et d’analyser l’évolution de la guerre en Europe. Cette puissance asiatique a toujours privilégié le long terme au court terme.

  • Si la Chine connaît des problèmes économiques et financiers, c’est aussi le cas de l’occident. Qui tombera en premier ?
  • Comment les pays de l’OTAN supporteront-ils par exemple l’hiver de la guerre en Ukraine ?
  • Les populations occidentales vont-elles encaisser sans réagir l’hyper inflation actuelle ?
  • Les États-Unis peuvent-ils résoudre leur crise politique permanente avec Trump en embuscade ?

 

Il est donc fort possible, mais non fort probable, car la situation mondiale se révèle d’une instabilité inédite, que la Chine populaire patiente quelques mois ou quelques années, avant d’affronter les États-Unis en espérant un affaiblissement de sa puissance politique et militaire. Mais attention, car comme le disait Mao Zedong : « Une simple étincelle peut mettre le feu à la plaine ».

 

Notes :

[0] Taïwan : les tensions entre Chine et États-Unis se radicalisent

[1Nancy Pelosi fraîchement reçue à Tokyo et Séoul, embarrassés par les conséquences de sa visite à Taïwan

[2Comparaison de l'évolution de PIB annuel aux prix du marché de Russie vs Chine

[3] Cité du Vatican (Le Saint-Siège) (1942) ; Haïti (1956) ; Paraguay (1957) ; Guatemala (1960) ; El Salvador (1961) ; Honduras (1965) ; Swaziland (1968) ; Nauru (1980 – 2002, 2005) ; Saint-Vincent-et-les-Grenadines (1981) ; Îles Salomon (1983) ; Saint-Kitts-et-Nevis (1983) ; Sainte-Lucie (1984 – 1997, 2007) ; Belize (1989) ; Nicaragua (1990) ; Îles Marshall (1998) ; Palau (1999) ; Kiribati (2003).

[4] Taïwan

[5] Joe Biden entretient l'ambiguïté stratégique de Washington vis-à-vis de Taiwan

[6] LE MASSACRE / L’INCIDENT 228 二二八事件 – 28 FÉVRIER 1947

[7] Définition de SINISATION

[8] Pourquoi le gouvernement américain doit-il être responsable du problème de Taiwan ?

[9] Indonésie 1965, la plus terrible des répressions anticommunistes

[10] Source : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Triades_chinoises

[11] Le journaliste Seymour Hersh a avancé, dans son livre La face cachée du clan Kennedy (en fr. 1998), que la victoire de Kennedy était redevable de l'aide apportée par la mafia pour obtenir la majorité notamment dans l'Illinois  : Mafia Helped JFK to Win, Book Claims, latimes.com, 9 novembre 1997, et Was Nixon Robbed, David Greenberg, slate.com, 16 octobre 2000

[12] Voir : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_frégates_de_Taïwan

[13] Source Wikipédia citée plus haut.

[14] Taïwan, ce géant des puces électroniques qui fait rêver l'Europe

[15] Pourquoi Pékin interdit l'exportation de sable vers Taïwan

[16] Les États-Unis invitent le Mexique à se joindre à leur mégaplan sur les microprocesseurs

 

Pour en savoir plus :

- Comment le lobby chinois a façonné l’Amérique, par Jonathan Marshall

- Taïwan : les tensions entre Chine et États-Unis se radicalisent

-  Jean-Luc Mélenchon : « Taïwan : je refuse la guerre froide avec la Chine... c’est au chinois (dont ceux de Taïwan) de régler la question entre eux… »

- Chine/USA : UNE GUERRE DE GÉANTS POUR QUELQUES NANOMÈTRES

- Les Philippines donnent aux États-Unis un accès à quatre bases militaires supplémentaires

Partager cet article
Repost0

commentaires

Rédacteur

  • Pour une Révolution citoyenne par les urnes
  • Retraité SNCF, engagé politiquement depuis l'âge de 15 ans, militant du PCF de 1971 à 2008, adhérent au Parti de Gauche et à la France Insoumise depuis leur création, syndicaliste CGT, conseiller Prud'homme depuis 1978.
  • Retraité SNCF, engagé politiquement depuis l'âge de 15 ans, militant du PCF de 1971 à 2008, adhérent au Parti de Gauche et à la France Insoumise depuis leur création, syndicaliste CGT, conseiller Prud'homme depuis 1978.

La France insoumise

-Pour une MAJORITÉ POPULAIRE, renforcer la France insoumise pour GAGNER !

🔴  La France insoumise et ses 75 députés sont au service des Françaises et des Français face à l'inflation et l'accaparement des richesses par l'oligarchie.

✅ La dissolution, nous y sommes prêts ! 
Avec la #Nupes, la France Insoumise propose l’alternative 


📌 Retrouvez notre stratégie et les axes de travail pour, ensemble, faire gagner le peuple, la France insoumise... ✍️ cliquez ci-dessous 👇

 

POUR UNE MAJORITÉ POPULAIRE Renforcer la France insoumise pour gagner !

 

-N'attendez pas la consigne !

✅ Pour rejoindre la France insoumise et AGIR ENSEMBLE pour GAGNER : cliquez ci-dessous 👇

 

La France insoumise

 

- La chaîne télé de Jean Luc Melenchon : cliquez ci-dessous 👇

 

- Le blog de Jean Luc Melenchon : cliquez ci-dessous 👇

Jean-Luc Mélenchon le blog

 

Recherche

La France insoumise à l'Assemblée Nationale

 Pour accéder au site : cliquez ci-dessous 👇

Sur les réseaux sociaux  :

Facebook  - Twitter

Le JOURNAL L'INSOUMISSION

✍️ cliquez ci-dessous 👇

L'Insoumission

 

✅ S'inscrire à la Newsletter 👇

 

 

Le site du Parti de Gauche

 Pour accéder au site : cliquez ci-dessous 👇

 

Manifeste pour l'Ecosocialisme

 Pour accéder au site : cliquez ci-dessous 👇

 

Mouvement pour la 6e République

 Pour accéder au site : cliquez ci-dessous 👇

 

Des outils pour combattre le FN et l'idéologie d'extrême droite française

🔴  Observatoire de l’extrême droite de l'Insoumission

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

Observatoire de l’extrême droite l'insoumission

 

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇


🔴  et aussi : Observatoire national pour « mettre sous surveillance » l’extrême droite

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇