Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 08:32
À quoi sert la vidéosurveillance de l’espace public ?

Le cas français d’une petite ville « exemplaire »

 

Le fort développement de la vidéosurveillance dans l’espace public, en France, à partir des élections présidentielles de 2007, n’a pas fait l’objet d’évaluations scientifiques.

 

Cet article propose une étude de cas et un travail de terrain dans une petite ville dotée d’un système de vidéosurveillance considéré comme exemplaire par les pouvoirs publics locaux.

 

 

- Quels enseignements de l'étude ?

L’étude montre que la vidéosurveillance n’assure ni prévention ni dissuasion des actes de délinquance et qu’elle n’a globalement aucun impact sur le niveau de la délinquance enregistrée.

 

L’étude illustre également le phénomène de déplacement des problèmes. Elle permet ensuite de mesurer la contribution de la vidéosurveillance au travail de police judiciaire, montrant que cette contribution est réelle mais limitée.

 

Au final, la vidéosurveillance apparaît essentiellement comme un outil municipal de gestion urbaine de proximité, qui n’a que peu de rapport avec la politique locale de sécurité et de prévention.

 

L’auteur analyse alors les ressorts politiques du succès de cette technologie, montrant qu’elle a constitué une ressource politique tant pour le gouvernement qui a décidé d’inciter à sa généralisation que pour les élus locaux désireux d’afficher une action dans le domaine, le tout en lien avec le fort développement des industries de la sécurité.

 

 

- Par : Laurent Mucchielli (Laboratoire Méditerranéen de Sociologie [UMR 7305 CNRS et Aix-Marseille Université])

Éditions : Médecine & Hygiène Dans Déviance et Société 2016/1 (Vol. 40)

ISSN : 0378-7931

ISSN en ligne : 2296-4096

Périodicité : 4 nos /an

Disponibilité : chez l'éditeur "Mon Cairn.Info"
Prix TTC : 5 €

 

Pour en savoir plus :

- L'analyse du sociologue Laurent MUCCHIELLI avec la ville de Lyon est cinglante : "la vidéo-surveillance coûte très cher et ne sert pas à grand-chose"

- Laurent Mucchielli : "La vidéosurveillance ne résout pas la délinquance... elle la déplace"

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 09:43
Vidéo-surveillance à La Rochelle : la démocratie baffouée !

au projet inutile : 184 000€ d'argent public gaspillé en 2016, et ensuite 14 000€ par an[2] pour le fonctionnement !

 

  • 14 décembre 2015 : J.F. Fountaine est passé en force !

 

Sources : Le blog de la LDH de La Rochelle-Aunis | mis à jour le 17 juillet 2020

COMMUNIQUE DE LA LIGUE DES DROITS DE L'HOMME

 

Vidéo-surveillance à La Rochelle : de qui se moque-t-on ?

 

Le Conseil municipal de La Rochelle ne s’est pas encore prononcé sur l’installation de caméras de vidéo-surveillance. Sa séance du 12 octobre a été reportée. Le projet de délibération proposait alors la mise en œuvre de caméras dans « 2 des 6 sites ciblés comme prioritaires (Cour du Temple/rue du Temple et rue Verdière/rue Vieljeux) ».

 

Sud Ouest du 12 décembre annonce sous la signature de P.-M. Lemaire que « (…) la délibération n’est pas encore votée que la Mairie a déjà obtenu le feu vert de l’administration. Par arrêté préfectoral 15-2607 en date du 15 octobre, « Jean-François Fountaine est autorisé pour une durée de cinq ans renouvelable à mettre en œuvre un système de vidéo-protection « place de Verdun et rue Chaudrier »[1].

 

 

- Oui, de qui se moque-t-on ?

Du cabinet Spallian qui ne parlait pas de la place de Verdun et de la rue Chaudrier, payé 20 000 euros pour ne pas tenir compte de son expertise ?

Des élus du conseil municipal qui n’ont pas encore délibérés que la Préfecture, sollicitée par le Maire de La Rochelle, a déjà signé un arrêté pour 2 autres endroits ?

 

Des Rochelais qui n’ont pas droit à une information publique et contradictoire comme l’a demandé la Ligue des droits de l’Homme par 3 fois ?

Est-ce cela la démocratie ???

 

Henri MOULINIER

Président de la section LDH de La Rochelle-Aunis

 

 

- Rappel de la lettre ouverte au Maire et aux élu-e-s municipaux de La Rochelle du 8 déc. 2015

 

Vidéo surveillance : toujours pas de débat public et contradictoire

 

Monsieur le Maire de La Rochelle Mesdames et messieurs les élu-e-s Par deux fois depuis juin, la section de la Ligue des droits de l’Homme La Rochelle-Aunis vous a donné son point de vue sur le projet de vidéo-surveillance au centre de La Rochelle et a exprimé le souhait d’un débat public et contradictoire avant d’en décider en Conseil municipal.

 

Notre démarche n’a, à ce jour, reçu aucune réponse de votre part. Nous le regrettons vivement. D’autant que la séance du Conseil municipal de ce lundi 14 décembre comporte cette question en point 1 de l’ordre du jour.

Nous réaffirmons notre opposition à la mise en place de caméras de surveillance au centre-ville. Certes deux graves incidents ont eu lieux à la sortie de bars de nuit, entraînant mort d’homme. Mais croyez-vous que des caméras vont empêcher des individus alcoolisés de se bagarrer à la sortie ? Et qui, sinon la Mairie, donne son accord à l’ouverture de ces bars de nuit jusqu’à 2h ?

 

Si la délinquance a globalement baissé au centre- ville depuis 4-5 ans, ce n’est pas grâce à des caméras qui n’existent pas encore. L’essentiel n’est-il pas dans la maîtrise des horaires et du fonctionnement des bistrots de nuit et la présence humaine sur place (policiers, éducateurs) pour assurer une prévention, voire une intervention rapide ?

 

L’exemple le plus ancien de la Grande-Bretagne, des centaines de caméras à Londres, montre l’inefficacité de ces coûteux dispositifs. Les autorités de ce pays l’abandonnent aujourd’hui.

 

Cette vidéo-surveillance tend à déresponsabiliser les citoyens qui, en cas d’incidents, ont tendance à « compter » sur les caméras et à ne pas réagir, à se décharger sur l’agent imaginé derrière les écrans de surveillance.

 

La Ligue des droits de l’Homme demeure à votre écoute.

La Rochelle, le 8 décembre 2015

 

------------------------------------

 

 

- 14 décembre 2015 : J.F. Fountaine est passé en force !

En effet, c'est en catimini, dans le cadre d'un huis clos préméditè (pour fuir une nouvelle mobilisation syndicale des personnels) que J.F. Fountaine a, le 14 décembre,  fait entériner le développement de la Vidéo-surveillance au conseil municipal par : 28 pour, 4 contre, 2 abstentions.
Ainsi, 184 000€ d'argent public seront gaspillé en 2016, et ensuite 14 000€ par an pour le fonctionnement ! Soit, avec les extensions prévues, une dépense inutile de 788 000 € pour 30 caméras + le coût de fonctionnement.

 

Le compte-rendu, obligatoirement publié, sera sur le site de la Mairie en fin de semaine et affiché en Mairie. Un vote donc favorable, sans débat public. La démocratie avance à La Rochelle !


Et pendant ce temps là, les cantines scolaires augmentent pour les plus démunis ! C'est ça une politique de gauche à La Rochelle !

 

 

- EXPRESSION DE L’OPPOSITION MUNICIPALE de La Rochelle sur le dossier de la vidéo-surveillance et réalité de la délinquance à La Rochelle

Vidéo-surveillance à La Rochelle : la démocratie baffouée !

Note :

[1] Vidéosurveillance à La Rochelle : feu vert accordé, avant le débat en Conseil

[2] soit globalemenbt une dépense inutile de 788 000 € pour 30 caméras + le coût de fonctionnement

- La Rochelle : Mireuil, Villeneuve et Port-Neuf auront aussi leurs caméras

 

Pour en savoir plus :

Mon dossier Vidéo-surveillance La Rochelle

- Projet de vidéo surveillance à La Rochelle : le PG dit NON, et la LDH demande un débat public

- Vidéo surveillance, La Rochelle ne doit pas mettre les doigts dans l'engrenage !

- Quand les communes détournent l'usage de la vidéosurveillance

- 30 août 2017 LDH : La Rochelle : la vidéosurveillance toujours en question

- « La vidéosurveillance est un gaspillage de l’argent public »

- Laurent Mucchielli : "La vidéosurveillance ne résout pas la délinquance... elle la déplace"

- La Rochelle : le centre-ville placé sous vidéosurveillance

- La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) appelle à la tenue d'un débat démocratique sur les nouveaux usages des caméras de vidéosurveillance. Combinées notamment à de puissants algorithmes de reconnaissance faciale, elles posent le problème des libertés publiques et d'un fichage généralisé.

- Le sociologue Laurent Mucchielli pointe la faible évaluation de l'ampleur et de l'efficacité de la surveillance, et souligne qu'elle est surtout le fruit d'une alliance d'intérêts politiques et commerciaux.

vidéo surveillance : un outil au service de la répression  des libertés publiques

Partager cet article
Repost0
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 08:27
Projet de vidéo surveillance à La Rochelle : le PG dit NON, et la LDH demande un débat public

Le Comité Ouest17 du Parti de Gauche est opposé à la vidéo-surveillance !

 

- Voir ICI le COMMUNIQUE du COMITE OUEST17 du PARTI de GAUCHE

 

 

En définitive, en l’état actuel des données, relier directement l’installation de la vidéosurveillance et la baisse de la délinquance est pour le moins hasardeux.

  • L’impact de la vidéosurveillance sur la délinquance est de l’ordre de 1%[1].
  • Si l’on compare par exemple l’évolution de la délinquance de voie publique (DVP) entre Lyon, qui a fortement investi dans ce domaine, et Villeurbanne, où la commune n’a pas souhaité s‘y engager, on observe que la baisse est plus forte dans la commune qui ne bénéficie d’aucune caméra de voie publique.

 

  DVP 2003 DVP 2008 EVOLUTION 2003/2008
Lyon 30 685 20 604 - 33%
Villeurbanne 7 655 3 954 - 48 %
CSP de Lyon 55 081 36 142 - 34 %

 

  • La baisse observée à Lyon (où se déroulent plus de la moitié des faits) est dans la moyenne de celle observée sur l’ensemble de la circonscription de sécurité publique (CSP) de Lyon, alors que celle enregistrée à Villeurbanne est nettement supérieure. Lyon n'est pas plus sûr que Villeurbanne[2] !

 

- L'analyse du sociologue Laurent MUCCHIELLI (Sociologue, directeur de recherche au CNRS), l'un des meilleurs spécialistes français des questions de sécurité et de vidéosurveillance, est cinglante : "la vidéo-surveillance coûte très cher et ne sert pas à grand-chose".

 

L'analyse du sociologue, l'un des meilleurs spécialistes français des questions de sécurité et de vidéosurveillance, est cinglante : "la vidéosurveillance coûte très cher et ne sert pas à grand-chose". - See more at: http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2010/07/28/limpact-de-la-videosurveillance-est-de-lordre-de-1/#sthash.RdTeAcTo.dpuf

Si l’on compare par exemple l’évolution de la délinquance de voie publique (DVP) entre Lyon, qui a fortement investi dans ce domaine, et Villeurbanne, où la commune n’a pas souhaité s‘y engager, on observe que la baisse est plus forte dans la commune qui ne bénéficie d’aucune caméra de voie publique.

Lyon n'est pas plus sûr que Villeurbanne

La baisse observée à Lyon (où se déroulent plus de la moitié des faits) est dans la moyenne de celle observée sur l’ensemble de la circonscription de sécurité publique (CSP) de Lyon, alors que celle enregistrée à Villeurbanne est nettement supérieure.

- See more at: http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2010/07/28/limpact-de-la-videosurveillance-est-de-lordre-de-1/#sthash.iCVW3cP6.dpuf

Si l’on compare par exemple l’évolution de la délinquance de voie publique (DVP) entre Lyon, qui a fortement investi dans ce domaine, et Villeurbanne, où la commune n’a pas souhaité s‘y engager, on observe que la baisse est plus forte dans la commune qui ne bénéficie d’aucune caméra de voie publique.

Lyon n'est pas plus sûr que Villeurbanne

La baisse observée à Lyon (où se déroulent plus de la moitié des faits) est dans la moyenne de celle observée sur l’ensemble de la circonscription de sécurité publique (CSP) de Lyon, alors que celle enregistrée à Villeurbanne est nettement supérieure.

- See more at: http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2010/07/28/limpact-de-la-videosurveillance-est-de-lordre-de-1/#sthash.iCVW3cP6.dpuf
L’impact de la vidéosurveillance est de l’ordre de 1%

 

 
- See more at: http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2010/07/28/limpact-de-la-videosurveillance-est-de-lordre-de-1/#sthash.iCVW3cP6.dpuf[3].
L’impact de la vidéosurveillance est de l’ordre de 1%

 

 
- See more at: http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2010/07/28/limpact-de-la-videosurveillance-est-de-lordre-de-1/#sthash.iCVW3cP6.dpuf

... à ranger au rayon des projets inutiles coûteux pour la collectivité !

 

 

- Le risque existe que les communes détournent l'usage de la vidéosurveillance

C'est ce que souligne un excellent artice du quotidien Sud-Ouest du 7 mai 2016 qui souligne notamment :

"Une fois que les gens ont été embauchés par les mairies et que l'on s'aperçoit qu'il faut les occuper, on trouve des usages détournés : on leur fait observer les entrées et sorties d'école si une caméra se trouve dans l'axe, on leur fait observer la circulation pour repérer les voitures mal garées, ils suivent à l'écran le policier qui relève l'horodateur, ils surveillent la circulation… toutes choses qui n'ont rien à voir avec la délinquance. Ce n'est absolument pas rationnel. La rationalité c'est de positionner des caméras à des endroits stratégiques, qui enregistrent des images au cas où les gendarmes viendraient à faire une réquisition d'image. Mais ça s'arrête là. Dans le cas de Marseille qui dispose de 700 caméras, plus de 90% de l'activité en matière de lutte contre la délinquance vise en réalité le stationnement gênant !

 

Vous avez donc constaté un détournement progressif des objectifs de la vidéosurveillance ?

Dans les plus grandes villes qui ont généralement les dispositifs les plus importants, le principal détournement qui a lieu, c'est la vidéo-verbalisation, parce que cela rapporte aussi de l'argent au service public. Dans le cas de Marseille qui dispose de 700 caméras, plus de 90% de l'activité en matière de lutte contre la délinquance vise en réalité le stationnement gênant ! Mais ni la mairie ni la police municipale ne communiquent là-dessus, car ce n'est ni l'objectif annoncé ni le rêve entretenu du système ! C'est une autre façon de montrer l'écart qu'il y a entre la réalité et les fantasmes."...

 

... des raisons de plus de dire NON à la vidéosurveillance à La Rochelle !

 

Note :

[1] L’impact de la vidéosurveillance est de l’ordre de 1%

[2] rapport de la Chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes (.pdf) sur la sécurité publique à Lyon.

Projet de vidéo surveillance à La Rochelle : le PG dit NON, et la LDH demande un débat public

La LDH pour un débat public et contradictoire avant toute décision !

 

Source : le site de la Ligue des Droits de l'Homme La Rochelle-Aunis le 14/12/2015

Le quotidien Sud Ouest du 13 juin, sous la plume d’Eric Chauveau, confirme la volonté de la Municipalité de La Rochelle de mettre en place un système de vidéo surveillance (rebaptisé « vidéo protection » depuis la loi LOPPSI 2 du 14 mars 2011), dans l’hyper-centre de la ville.

 

L’ancien Maire de la cité avait par un courrier à notre section de la Ligue des droits de l’Homme, en date du 3 mars 2010, répondu à notre interpellation et « rappelé très explicitement, en l’absence d’évaluations sérieuses et impartiales, mes [ses] réserves quant à l’efficacité réelle de la vidéo surveillance sur l’espace public ».

 

- En France, il n’existe à l’heure actuelle aucun rapport d’expertise indépendant et fiable.

Un rapport adopté le 30 juin 2011 par la Cour des comptes[3] sur « l’organisation et la gestion des forces de sécurité publique » met l’accent sur « l’absence d’étude d’impact » en France « contrairement au Royaume-Uni » (p. 146). Et d’ajouter : « De manière générale, l’utilisation de la vidéosurveillance est beaucoup moins efficace dans l’espace urbain que dans les transports publics (métro,bus, tramways) » (p. 149). Le Ministère de l’intérieur, début 2014, a lancé un appel d’offre pour « une étude indépendante de l’efficacité de la vidéo protection de la voie publique », le prestataire choisi devait mener une étude durant 16 mois.

 

 

- Et en Grande-Bretagne ?

En Grande Bretagne, pays le plus anciennement (1990) et le plus massivement engagé dans la vidéosurveillance, vient d’abandonner ce système pour la voie publique en 2015[4]. Des rapports d’expertise réguliers ont montré que ce système coûtait cher et ne servait pas à grand-chose.

 

 

- A La Rochelle, la délinquance dans l’hyper centre s’est-elle aggravée au point de revenir sur la position du Maire de La Rochelle de 2010 ?

Si besoin était, n’y a-t-il pas d’autres moyens plus efficaces de combattre la délinquance, dans une situation de crise sociale aggravée : par la présence humaine de travailleurs sociaux, de policiers de proximité ?

 

 

- Nos libertés fondamentales sont en cause

Pour la LDH, soucieuse du respect des libertés individuelles, la prise d'images sur la voie publique constitue une grave atteinte à ces libertés et contrevient aux textes fondamentaux tels que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (10-12-1948 - Art. 12), la Convention de sauvegarde des Droits de l'Homme et des libertés fondamentales (4-11-1950 -Art.8) qui stipule : « Il ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, […] », ou encore la Charte Européenne des Droits fondamentaux (7-12-2000 - Chap.II, art.7) qui dispose que « toute personne a droit au respect de la vie privée et familiale,[...] ».

 

 

- Ces questions méritent un débat public et contradictoire, avant toute décision du Conseil municipal de La Rochelle,...

alors que la mairie vient de recevoir une étude de faisabilité technique et financière faite par la société Spallian et s’apprête à se prononcer lors du Conseil municipal du 29 juin prochain à 18h. Et nous souhaitons savoir où en est l’étude indépendante lancée par le Ministère de l’intérieur début 2014 et qui devait être rendue publique avant cet été 2015.

 

Communiqué de la L.D.H.

 

Notes :

[3] La Cour des comptes enterre la vidéosurveillance

[4] l'angleterre abandonne la vidéo surveillance

 

Pour en savoir plus :

Mon dossier Vidéo-surveillance

- Parti de Gauche : Vidéo surveillance, La Rochelle ne doit pas mettre les doigts dans l'engrenage !

- LDH : Video-surveillance : Lettre ouverte au Maire de La Rochelle

- Réponse du Maire de La Rochelle à la section LDH

- Lettre de la section LDH La Rochelle au Maire de La Rochelle, Maxime Bono

- Parti de Gauche : Villes sous surveillance

- Parti de Gauche : La vidéosurveillance, une attaque inacceptable contre nos libertés !

- Lyon, laboratoire des politiques sécuritaires

- Confirmation de l'impasse qu'est la vidéosurveillance : le cas de la ville de Lyon

- 26-01-2016 lancement "d'une étude préalable" pour la mise en place de la vidéo surveillance à La Rochelle

- Vidéo-surveillance Niort : Lettre ouverte à Monsieur le Maire

- LDH au Maire de la Rochelle : 15 octobre 2015 La Rochelle et le projet municipal de vidéo surveillance: débattons-en !

- vidéo-surveillance : Le business de la peur

- Confirmation de l'impasse qu'est la vidéosurveillance : le cas de la ville de Lyon

- Quand les communes détournent l'usage de la vidéosurveillance

- Laurent Mucchielli : "La vidéosurveillance ne résout pas la délinquance... elle la déplace"

Partager cet article
Repost0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 13:38
Armement des polices municipales... pour le Parti de Gauche, c'est NON !

Source :  le Parti de gauche de Charente Maritime  la Rochelle le 03-05-2010 | modifié le 23-11-2019

- Un précédent grave pour la Charente Maritime !

Ainsi, la ville de Rochefort-sur-Mer, par vote unanime de la gauche à la droite en Conseil municipal, a pris la décision de franchir le pas en armant sa police municipale. Certes modestement, 4 au départ...... mais les élus n'ont pas fixé de nombre plafond ! C'est un pas de plus vers une police municipale qui tend à remplacer ou compenser la police nationale et la réduction de ses effectifs, en remplissant des missions qui relèvent de l'État et de son pouvoir de police.

 

Quand d'un côté l'État sarkozyste décide de supprimer 10 000 fonctionnaires de Police nationale d'ici 2012, une telle décision d'une municipalité de gauche est une forme de caution à la politique de la droite de désengagement de l'État dans tous les domaines, y compris de la sécurité des citoyens, et ce au lieu de la combattre et d'exiger une police nationale de proximité aux effectifs suffisants.

 

 

- Soyons clairs, le maire n'a pas vocation à tout faire.

Il n'a pas la responsabilité de la sécurité urbaine qui reste une fonction régalienne de l'État. Ainsi, armer les polices municipales, c’est créer les conditions pour pouvoir leur confier des "missions à risques" actuellement dévolues à la Police Nationale.

 

Dés lors, on assiste à un glissement généralisé vers la privatisation de la fonction publique. Les polices municipales font le travail de la police nationale, et bientôt on verra les mairies embaucher des entreprises privées de sécurité pour, ponctuellement, faire tout ou partie de la police Municipale !

 

 

- La dérive est dangereuse, le Parti de Gauche la condamne !

  • A quand des policiers municipaux la nuit pour patrouiller, ... à la place de la Police nationale ?
  • A quand des policiers municipaux chargés de missions de police judiciaire ou pour assurer le " maintien de l'ordre[1] " ?

Et à La Rochelle ?

La Mairie et son Maire PS ont jusqu'à présent refusé d'armer les policiers municipaux et demandent une police nationale de proximité (il est vrai de manière peu combative, bien discrète, peu citoyenne).... ! Vont-ils commenter la décision de Rochefort ? Approuver ? Désapprouver ? S'engouffrer dans la brèche ?

La gauche ne doit pas aller dans le même sens (inefficace) que des Maires de droite en région parisienne ou ailleurs qui se prennent pour des shérifs!!!

 

 

- Armer la police municipale.... le choix fait par J.F. Fountaine et sa majorité

Élu en 2014, J.F. Fountaine n'aura mis que 4 ans pour, sans débat public contradictoire, s'engouffrer dans une démarche sécuritaire afin de s'attirer les voix de la droite.

 

C'est Pierre Robin élu en charge de la sécurité qui lançait le sujet en Octobre 2014 à l'occasion du débat sur le renforcement des effectifs la police municipale :

« Une augmentation de l'effectif a hauteur d'une dizaine de fonctionnaires permettrait d'être plus présent sur des secteurs festifs comme le centre-ville, la cour du Temple, la rue Saint-Nicolas mais il est important de dire que la municipalité tient à ce que les policiers municipaux soient bien présents partout (2) dans la ville qui est relativement étendue », poursuit Pierre Robin.

 

En clair, début 2015, une brigade de nuit, armée et formée pour cela, pourrait être mise en place avec un service entre 23 heures et 3 heures.

Mise sur pied en avril 2017, l'armement de la brigade de nuit n'est intervenu qu'en juillet 2017 et ne se justifie toujours pas... sauf pour des raisons politiciennes. A ranger au rayon des investissements inutiles.

 

La vigilance citoyenne pour éviter la généralisation de l'armement.

 

 

- Critiquer oui ! Mais quelles solutions ?

Pour le Parti de Gauche, il s'agit de faire l'opposé de ce qui est réalisé aujourd'hui !

  • D'abord arrêter les suppressions d'emplois opérationnels dans la Police Nationale !
  • Ensuite, pour lutter contre la délinquance, il faut que les policiers reviennent sur le terrain et en nombre !

Ces policiers, appelés « proximiers », sont chargés de sillonner les rues, à pied, à VTT, ou en voiture, pour maintenir une présence apaisante et préventive ou au besoin jouer du bâton de la répression, une police républicaine, déchargée de la "culture du résultat et du chiffre".

 

En définitive, il s'agit de réaffecter un maximum de policiers dans les quartiers, au plus près des habitants et de leurs problèmes quotidiens. Tout le territoire doit être couvert, y compris la nuit !

 

Selon des spécialistes éminents, il y a deux problèmes à combattre : l'insécurité réelle que l'on peut estimer et maîtriser avec les techniques en vigueur, et le "sentiment d'insécurité" toujours difficile à apprécier, qui a été trop longtemps ignoré et qu'il convient aujourd'hui de prendre en compte. C'est tout à la fois une question de communication, d'écoute et de présence, donc de moyens humains.

 

Certes le Parti de Gauche est bien conscient que la police nationale ne peut pas tout, qu'elle n'est qu'un maillon dans une longue chaîne de partenaires sociaux.

 

Mais sous le régime de la droite sarkozyste ce sont tous les maillons qui sont affaiblis les uns après les autres, privés des moyens de leur activité ! Et ce n'est pas une police municipale, même renforcée et qui plus est armée qui permettra d'y faire face ni à Rochefort-sur-Mer, ni ailleurs, même pas à St Tropez !

 

Note :

[1Castaner favorable à "associer" le secteur privé en matière de sécurité

 

Pour en savoir plus :

- Faut-il nationaliser les polices municipales ? Face-à-face

- Police municipale armée : Fouras arme ses policiers, pas Tonnay-Charente

- Sécurité à La Rochelle : des caméras et des armes

- Charente-Maritime : vers une brigade de nuit armée à La Rochelle

- La Rochelle : la police municipale de nuit est désormais armée

- « Pourquoi il ne faut pas armer les policiers municipaux »

- Réponse au courrier de Gil Avérous sur l’armement policier en LBD et armes à feu à Châteauroux

Castaner favorable à "associer" le secteur privé en matière de sécurité

Partager cet article
Repost0
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 11:06
Vidéo surveillance, La Rochelle ne doit pas mettre les doigts dans l'engrenage !

COMMUNIQUE du COMITE OUEST17 du PARTI de GAUCHE

 

Source : le site du Comité Ouest17 du Parti de Gauche le 06/03/2010 | mis à jour le 13-06-2015

A en croire le journal « Sud-Ouest » du 22 février dernier, Monsieur Bono Maire de La Rochelle aurait, lors de l'Assemblée générale du Comité de quartier Saint-Nicolas, annoncé son intention de mettre en place, sur ce quartier, des caméras de vidéo surveillance.

 

Si le cabinet du Maire fait aujourd'hui savoir, que « Mr Bono n'est pas favorable aux vidéos surveillance dans l'espace public et qu'a cette assemblée générale, il a évoqué, la possibilité de mettre des caméras sur l'espace commercial de la zone des Minimes, pour la protection des biens matériels », il n'en demeure pas moins vrai que le PS, bien que s'étant opposé dans son livre noir sur les libertés à la vidéo surveillance, en a soutenu ce dispositif à Paris, et que, voulu ou pas, le débat est lancé à La Rochelle.

 

 

- Le Parti de Gauche n'acceptera pas, ni aujourd'hui, ni demain que la municipalité de La Rochelle mette les doigts dans l'engrenage.

Le Parti de Gauche dénonce la politique de Nicolas Sarkozy qui consiste à supprimer de manière drastique les fonctionnaires et à les remplacer par des caméras (10 000 emplois en moins dans la police et la gendarmerie d’ici 2011), et estime que la ville de La Rochelle a besoin d'une véritable police de proximité, de moyens accrus affectés aux actions de prévention et de médiation qui font d'ailleurs déjà leurs preuves à La Rochelle, et non de vidéo surveillance.

 

Ce n'est pas parce que Nicolas Sarkozy, sans doute inspiré par la Grande‐Bretagne où sont implantés 25 millions de caméra contre un million en France actuellement, envisage d’en parsemer le territoire national, que la municipalité de La Rochelle doit tomber dans le piège de l'illusion du sécuritaire.

 

 

- La vidéo surveillance : un dispositif coûteux et inefficace !

Dans de nombreuses villes de France, des plans d'installation de caméras se mettent en place. A Paris, un nouveau dispositif de vidéo surveillance est en cours visant l'installation de plus de 1200 caméras pour un coût de 45 millions d'euros en investissement induisant une sous traitance du pouvoir régalien de sécurité à des sociétés privées.... la privatisation de la police est en marche. STOP !

 

 

- Les deniers des contribuables rochelais qui financent les services de l'État, doivent être utilisés à d'autres fins.

Le Parti de Gauche souligne qu'aucune étude sérieuse ne démontre l'efficacité de cette technique contre la délinquance. L'exemple britannique révèle, au contraire, que l'implantation d'un réseau serré de caméra ne fait pas baisser les chiffres de la délinquance.

En fait, la vidéo surveillance déplace la délinquance dans d'autres aires géographiques.

 

 

- La vidéo surveillance : une attaque inacceptable contre les libertés publiques !

Le Parti de Gauche demande également l'arrêt de cette politique qui menace les libertés publiques. Le droit à l'anonymat dans la ville à La Rochelle comme ailleurs doit être respecté !

 

Face à la montée de la contestation sociale contre sa politique, le gouvernement cherche à détourner l'attention de la question sociale pour lui substituer la question sécuritaire. La vidéo surveillance fait partie d'un ensemble de mesures dont l'objectif est également de renforcer le contrôle social.

 

C'est inacceptable.

Nos libertés doivent être défendues par toutes et par tous !

 

 

- C'est pourquoi le Parti de Gauche :

  • rejette le projet de loi LOPSIE 2 qui prévoie, en matière de vidéo surveillance, que toute personne morale, pourra, sur l'espace public, implanter de la vidéo surveillance ;
  • invite le premier magistrat de La Rochelle à renoncer définitivement à tout projet de ce type ;
  • s'associera à toutes initiatives unitaires contre la vidéo surveillance, afin qu'une grande campagne d'éducation populaire contribue à la sensibilisation des citoyens contre la vidéo surveillance, pour le respect des libertés et contre les velléités de démantèlement de nos services publics.

La Rochelle le 06 mars 2010

 

Pour en savoir plus :

Mon dossier Vidéo-surveillance

- La Rochelle (17) : la vidéoprotection arrive sur le vieux port

- LDH : Video-surveillance : Lettre ouverte au Maire de La Rochelle

- Réponse du Maire de La Rochelle à la section LDH

- Lettre de la section LDH La Rochelle au Maire de La Rochelle, Maxime Bono

- La Cour des comptes enterre la vidéosurveillance

- Parti de Gauche : Villes sous surveillance

- l'Angleterre abandonne la vidéo surveillance

- Parti de Gauche : La vidéosurveillance, une attaque inacceptable contre nos libertés !

- 22-02-2010 lancement "d'une étude préalable" pour la mise en place de la vidéo surveillance à La Rochelle

- Laurent Mucchielli : "La vidéosurveillance ne résout pas la délinquance... elle la déplace"

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Blog INSOUMIS.
  • : INFORMER pour MOBILISER et AGIR ENSEMBLE
  • Contact

La France insoumise, L'AVENIR EN COMMUN

-N'attendez pas la consigne !

✅ Rejoignez la France insoumise (cliquez ci-dessous) 👇

-" NOUS SOMMES POUR " le site de la campagne des présidentielles 2022

Ensemble, tout est possible !
Nous sommes déjà plus de 183 000, rejoignez nous
 ( pour nous rejoindre, cliquez ci-dessous) 👇

 

-

" L’AVENIR EN COMMUN ", programme de campagne 2022

✅ Visitez  le programme de 2022 (cliquez ci-dessous) 👇

" L’avenir en commun " est en version téléchargeable ICI

 

-

Le JOURNAL de L'INSOUMISSION (cliquez ci-dessous) 👇

 

- La chaîne télé de Jean Luc Melenchon (cliquez ci-dessous) 👇

Pour vous abonner gratuitement, cliquez ICI

Recherche

La France insoumise à l'Assemblée Nationale

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

Sur les réseaux sociaux  :

Facebook  - Twitter

Pour ne pas avoir à subir un duel Macron/Le Pen en 2022 : LEVONS NOUS EN MASSE !


 

🔴  Pour une VIe République, refonder notre démocratie... levons nous en masse !

 

👉 Ensemble, nous les mettrons en échec, un outil est à votre disposition : ✍️ https://noussommespour.fr/

 

Le site du Parti de Gauche

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Manifeste pour l'Ecosocialisme

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Mouvement pour la 6e République

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Des outils pour combattre le FN et l'idéologie d'extrême droite française

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇


🔴  et aussi : Observatoire national pour « mettre sous surveillance » l’extrême droite

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇