Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2021 3 13 /01 /janvier /2021 16:31
Mais de pourquoi Olivier Faure du PS a t-il peur, en 2022, d'une baisse du FN/RN ?

OUI, Olivier Faure, « les dérives sont possibles à gauche » quand, par exemple, nombre de militants ou responsables du PS ont rejoint la République en Marche, la majorité de Macron, et quand une partie de votre électorat lui fait allégeance ! 

 

...Par contre on s'attendrait à ce qu'un possible affaiblissement du vote FN/RN satisfasse la " gauche "... enfin le PS... et bien NON, au contraire il s'en inquiète !

 

... Le fait que Le Pen rejoigne la niche Europe " jusqu'au bout " en est-il l'une des raisons[1ter] ?

 

 

Rappel des propos d'Olivier Faure (premier secrétaire du Parti socialiste)[1bis] :
C'est la grande crainte d'Olivier Faure " que les électorats de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen opèrent un rapprochement dans le futur. "

Le patron du Parti socialiste l'a exprimée, mardi 12 janvier[1], à l'occasion de son passage sur BFM TV : selon lui, il est possible que s'opère, à un moment, une « fusion » des électorats de La France insoumise et du Rassemblement national. Et ce, alors même qu'il estime pourtant que Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen sont « à l'opposé » sur les questions ayant trait au racisme. Le patron des socialistes s'est refusé à « mettre sur le même plan » les deux leaders politiques, et ce sur des questions aussi variées que la stratégie vaccinale anti-Covid, l'Europe, le protectionnisme ou encore les récentes sorties de Donald Trump.
« Je ne pense pas que celles et ceux qui dirigent les Insoumis soient en volonté et en situation un jour de rejoindre Marine Le Pen, et l'inverse pareillement », a-t-il insisté. « Je crains en revanche qu'il y ait à un moment une fusion des électorats, à force de laisser penser que l'adversaire, ce serait principalement le social-démocrate ou même le libéral », s'est-il inquiété en dénonçant une « forme de confusion organisée ». « Il y a des ennemis dans la République, il y a des adversaires et je ne les mélange pas », a ajouté Olivier Faure en rappelant être « intervenu à plusieurs reprises sur la République », car « les dérives sont possibles » à gauche.

 

Sources : Eric Durand | modifié le 01/02/2021

- Remettre les pendules à l'heure, qui a instrumentalisé le FN ?

Affaiblir ses adversaires pour se renforcer, trouver un moyen de les diviser.... ce n'est pas nouveau

  • En fin stratège, François Mitterrand a eu recours à cette tactique en 1985, alors que sa cote de popularité était au plus bas. Pour disperser les forces de la droite, pourquoi ne pas favoriser l'essor du Front national ? A l'époque, le mouvement d'extrême droite fondé par Jean-Marie Le Pen ne pèse quasiment rien. Mais il apparaît comme un moyen efficace de tourmenter la droite... [2] ;
  • Quand le PS faisait monter le FN… " Le PS a un objectif : que le FN obtienne des scores de plus en plus élevés. Alors, que les élus socialistes ne viennent pas nous donner des leçons de morale quand nous, nous cherchons à faire baisser le niveau d’influence électorale du FN en abordant les problèmes de fond qui contribuent à ce vote » "[3].
  • Et aujourd'hui, c'est Macron qui poursuit la méthode par exemple en instrumentalisant Orban, la laïcité, le communautarisme, pour fracturer la droite, renouveler le duel avec le Rassemblement National qui est son assurance vie et celle du néolibéralisme en France.

 

 

- Remettre les pendules à l'heure, qui a trahi ses engagements et a fait fuir les électeurs vers l'abstention ou le vote RN/FN ?

De " Mon adversaire c'est la finance "... à la Loi ElKhomri

  • Ce fut l’une des phrases les plus marquantes de la campagne présidentielle de 2012 : “ Mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance [4]. Prononcée par le candidat Hollande lors du célèbre discours du Bourget, elle fut par la suite régulièrement répétée pendant son quinquennat, synonyme de l’un de ses plus cinglants renoncements ;
  • De son côté, la Loi El Khomri/Valls[5], obéissait aux exigences de Bruxelles et des traités européens en appliquant la politique de l’offre (baisse du « coût du travail », flexibilisation du marché du travail)… Chacun avait compris qu'elle allait pourrir nos vies comme les autres lois du même genre adoptées depuis 30 ans, qu'elle ne créerait aucun emploi et augmenterait la précarité.  dont chacun avait compris qu'elle allait pourrir nos vies. Malgré la lutte de masse, elle a été imposée à coup de 49.3 constituant le summum des trahisons du septennat Hollande.
  • Le résultat ne s'est pas fait attendre. Avec 7 citoyens sur 10 opposés à la loi El Khomri, 3 mois de luttes syndicales et le succès de la grosse manifestation à Paris, des initiatives en province le 14 juin[5bis] en pleine compétition européenne de football, des milliers de policiers et gendarmes mobilisés en permanence, certains très fatigués qui « pètent les plombs », d’autres qui matraquent à tout va, des députés socialistes totalement discrédités par leur attitude de « petits toutous » qui avalent sans problème le 49-3, la cote de François Hollande à 11% de satisfaits et celle de Valls à 14%... le résultat de cette démarche suicidaire pour l’avenir politique de tous les futurs candidats socialistes est connu.

 

Au final, Hollande à suscité un tel rejet à gauche, que non seulement il n'a pas été réélu, mais nous en subissons encore politiquement les conséquences aggravées par la politique à Macron :

  • Une enquête menée sur 2041 personnes du 7 au 10 juillet 2020, montre que les français s’auto-positionnent de moins en moins à gauche sur un axe Gauche-Droite. En effet, seuls 13% des français se définissent comme de gauche dans cette étude[7] (dans la même enquête produite en juin 2019, seulement 15% des Français déclaraient se reconnaître dans la notion de " Gauche "[8], soit - 2% en un an) ;
  • une partie des électeurs des milieux populaires (ouvriers, employés, chômeurs, petits boulots, bas de la hiérarchie des revenus) s'est réfugiée dans la grève des urnes (commencée sous l'ère Sarkozy[6]) atteignant son paroxysme aux élections européennes de 2019 et municipales de 2020 (le taux d’abstention pour ce second tour s’est élevé à 58,4 %, du jamais-vu dans ces élections) ;
  • une autre partie, résidant dans des territoires de la périphérie des villes et dans d'anciens bassins industriels touchés par la crise, les processus de délocalisation et de désaffiliation sociale, véritable « électorat de la crise » se sont réfugiés, par rejet politique de la "gôche " dans le vote FN/RN, sans pour autant en partager l'idéologie, tous ne sont pas convaincus par les thèses ethnicistes de Marine Le Pen. Ainsi, en 2017, 39 % du vote ouvrier se dirigeait en faveur de Marine Le Pen, 25 % de Jean-Luc Mélenchon et 6 % de Benoît Hamon et 4 % pour l'ensemble de l’extrême gauche[9bis]. Les ruptures économiques et sociales qui ont touché de plein fouet ces milieux entraînent des phénomènes de rupture politique et de rupture personnelle. Les acteurs de ces ruptures ne vivent pas forcément leurs évolutions politiques comme des reniements ou des trahisons. Nombre des électeurs disent que ce n'est pas eux qui ont changé mais que c'est la gauche qui a changé et les a abandonnés (le septennat Hollande en constituant le pire des témoignages). Au fond, derrière leur vote passé de gauche et le vote actuel frontiste de rejet, reste une volonté pérenne de « voter social »....ils ne sont donc pas " perdus " pour ceux qui portent un programme social et populaire.... , il y a là un potentiel de gens qu'il faut convaincre de faire un autre choix
  • Or, cet électorat est essentiel pour espérer peser dans le jeu politique et remporter une victoire : il pèse près de 20 % du corps électoral potentiel[9bis], or on peut en convaincre une partie, programme en main.

 

Question : doit-on les abandonner dans ce " refuge " temporaire ou leur démontrer qu'il y a une alternative à la " gauche " néolibérale et à l'extrême droite ?... Evidemment que NON,... sauf pour Olivier Faure et le PS !

 

 

- Olivier Faure n'a pas d'alternative au libéralisme à proposer et, en mai 2017, souhaitait déjà la réussite de Macron !

« Plus jamais Macron ? » Dans son édition du 6 février 2020, L’Obs y allait fort mais son titre de « une[10] » en forme d’interrogation reflétait le divorce qui s’est opéré entre le président de la République et l’électorat de " gauche", enfin pas la " gauche " libérale

 

Olivier Faure, a beau nous chanter les louanges du retour de la gauche plurielle[10bis] :

  • L'alternative ce ne sera pas Anne Hidalgo, ambiguë sans ambiguïté selon Jean-Luc Melenchon [10quad], (n'en déplaise à O. Faure[10ter]) qui, adepte et soutien du social libéralisme d'Hollande, (elle appelait à voter Macron " sans ambiguïté " en 2017), et dont on peut synthétiser sa politique en quelques mots : à Paris " Macron en rêve, Hidalgo le fait ! ". Aujourd'hui, personne ne sera dupe face à sa plateforme " Idées en commun "... , après avoir fait " Paris en commun " et pompé jusqu'au nom du programme de la France insoumise " l'Avenir en Commun ",... sans le contenu. 
  • L'alternative ne sera pas, non plus, Olivier Faure qui voulait que Macron réussisse et que le PS participe à la majorité Macronnienne... (cliquez sur les 2 images pour afficher les originaux en ligne sur twitter)
2017 - PS - Olivier Faure soutient Macron
Déclaration 9 mai 2017
2017 - PS - Olivier Faure soutient Macron
Déclaration 9 mai 2017

 

 

- Pour rassurer Olivier Faure, deux exemples de nature à lever toute ambiguïté

  • La France Insoumise et le RN/FN ont deux conceptions diamétralement opposées du peuple : un populisme démocratique, soucieux l'amélioration de la gouvernance et respectueux des institutions républicaines du côté de la France insoumise,... ou un populisme réactionnaire consistant à monter les perdants de la crise contre ceux qui sont encore plus perdants du côté du FN/RN ? [9] " 
  • La France insoumise n'a pas le même programme que le RN/FN de Le Pen (Avenir en commun 2017).
  •  

 

 

- Pour conclure

Olivier Faure parle des électorats.
En effet, par exemple, dans les ex bassin minier des pans entiers des électorats PS et PCF sont bel et bien devenus les bases populaires du F/RN. LFI n’existait pas. Qu’il balaie donc ses écuries et se demande comment la politique du quinquennat Hollande/Valls/Macron a conforté le FN dans toutes les communes minières.

 

Un des enjeux avec l’abstention est aussi la reconquête de cet électorat qui ne se fera que sur rassemblement autour de nos causes communes portées par un programme social avancé, l'Avenir en commun.


Personne, absolument personne, n'a autant combattu les idées infectes de l'extrême droite, des RN/FN et de ceux qui s'en rapprochent (notamment certains courants des LR, et certaines pratiques de LREM), que Jean-Luc Mélenchon, le PG, le PCF tous ceux et toutes celles qui rejoignent nos combats communs.
Quant au PS rappelons-nous de son attitude qui jouait le Pen comme pion central d'un échiquier et qui n'ont pas suivi J.L. Mélenchon quand dans les années 90, il demandait des sanctions voire l'interdiction du FN...


Tout ceci pour dire que tous les libéraux ont tellement peur de la victoire de nos idées portées par l'Avenir en commun que les pires saloperies vont pleuvoir et qu'il nous faut savoir ne rien laisser passer et mesurer l'ensemble des expressions publiques sans concession pour ces idées et ceux qui aimeraient que nous changions de stratégie, 2022 constituant une nouvelle étape dans la stratégie de la révolution citoyenne[11].

 

Mais de pourquoi Olivier Faure du PS a t-il peur, en 2022, d'une baisse du FN/RN ?
Mais de pourquoi Olivier Faure du PS a t-il peur, en 2022, d'une baisse du FN/RN ?
Mais de pourquoi Olivier Faure du PS a t-il peur, en 2022, d'une baisse du FN/RN ?
Mais de pourquoi Olivier Faure du PS a t-il peur, en 2022, d'une baisse du FN/RN ?
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blog INSOUMIS.
  • : INFORMER pour MOBILISER et AGIR ENSEMBLE
  • Contact

La France insoumise, L'AVENIR EN COMMUN

-N'attendez pas la consigne !

✅ Rejoignez la France insoumise (cliquez ci-dessous) 👇

-" NOUS SOMMES POUR " le site de la campagne des présidentielles 2022

Ensemble, tout est possible !
Nous sommes déjà plus de 183 000, rejoignez nous
 ( pour nous rejoindre, cliquez ci-dessous) 👇

 

-

" L’AVENIR EN COMMUN ", programme de campagne 2022

✅ Visitez  le programme de 2022 (cliquez ci-dessous) 👇

" L’avenir en commun " est en version téléchargeable ICI

 

-

Le JOURNAL de L'INSOUMISSION (cliquez ci-dessous) 👇

 

- La chaîne télé de Jean Luc Melenchon (cliquez ci-dessous) 👇

Pour vous abonner gratuitement, cliquez ICI

Recherche

La France insoumise à l'Assemblée Nationale

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

Sur les réseaux sociaux  :

Facebook  - Twitter

Pour ne pas avoir à subir un duel Macron/Le Pen en 2022 : LEVONS NOUS EN MASSE !


 

🔴  Pour une VIe République, refonder notre démocratie... levons nous en masse !

 

👉 Ensemble, nous les mettrons en échec, un outil est à votre disposition : ✍️ https://noussommespour.fr/

 

Le site du Parti de Gauche

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Manifeste pour l'Ecosocialisme

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Mouvement pour la 6e République

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Des outils pour combattre le FN et l'idéologie d'extrême droite française

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇


🔴  et aussi : Observatoire national pour « mettre sous surveillance » l’extrême droite

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇