Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 09:57

Sources : ENSEMBLE! et Politis.fr et en dernier lieu L'ére du Peuple :

- Retour sur les résultats :

  • Sur la nouvelle région

Au second tour ce sera bonnet blanc & blanc bonnet ! (Elections régionales 2015, région Aquitaine - Limousin - Poitou/Charentes)
  • Sur la Charente Maritime
Au second tour ce sera bonnet blanc & blanc bonnet ! (Elections régionales 2015, région Aquitaine - Limousin - Poitou/Charentes)
  • 3,63% pour le Front de Gauche en Charente Maritime ;
  • 4,85% pour le Front de Gauche sur l'ensemble de la nouvelle Région (ALPC) Aquitaine - Limousin - Poitou/Charentes...
  • Le résultat est sans appel.... les 100 215 électeurs du Front de Gauche ne seront pas représentés à l'assemblée régionale ! Personne pour porter et défendre les valeurs de l'Humain Dabord !

     

     

    - Constatons que le Front de gauche est globalement en panne

    Bien sûr, les comparaisons ne sont pas faciles avec un scrutin précédent où subsistaient dans quelques régions des configurations d’alliance avec le PS, telles qu’elles avaient été inaugurées par Robert Hue en 1998. La comparaison est d’autant plus malaisée que, dans deux cas (Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et PACA), le PCF se trouvait dans une alliance de tout le Front de gauche et des Verts, avec deux têtes de listes écologistes. Si l’on additionne les cas où le PC ne regroupe pas tout le Front de gauche (0,4%), où il est à la tête de coalition de type Front de gauche (3,8 %) et les deux rassemblements avec les Verts (1,5 %), on parvient au total de 5,7 %. En 2010, le Front de gauche en avait obtenu 5,9 % alors qu’il n’était pas présent en tant que tel dans toutes les régions. Difficile de voir dans ce résultat global l’indice d’une progression. Même si les résultats sont intéressants en Normandie ou en Île-de-France…

     

    La comparaison est plus éclairante encore, si l’on met côte-à-côte le résultat de dimanche et celui des élections européennes de 2014. À l’exception de la Normandie et de l’Île-de-France, le PCF et le Front de gauche sont partout en retrait. En Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes et en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, la perte est d’un tiers du niveau initial, dans six autres cas la perte se situe entre un tiers et un cinquième. Or les européennes de 2014 étaient déjà elles-mêmes en retrait sur le score présidentiel précédent…

     

    Le résultat global est donc incontestablement décevant. D’ores et déjà, le FDG est au-dessous du seuil des 5% dans six régions françaises, où il comptait en tout 42 conseillers, sur les 127 qu’il avait fait élire nationalement, pour les trois quarts issus des rangs du PCF. Le Front de gauche pouvait espérer tirer avantage du glissement vers la droite du socialisme de gouvernement. Il n’en a rien été pour l’instant. Depuis le mois d’avril 2012, le Front de gauche ne cesse d’enregistrer des résultats en recul sur ce que laissait augurer le scrutin présidentiel, où Jean-Luc Mélenchon avait cristallisé l’aspiration à une gauche bien à gauche.

     

     

    - Mais qui en sera surpris vu l'état l’état "d’imbroglio permanent" dans lequel se trouve le Front de Gauche ?

    Il n'est pas inutile de rappeler ici ce qu'écrivait récemment Jean-Luc Mélenchon dans L'ére du Peuple :

    • " Le Parti de gauche a abordé les élections régionales avec l’idée de permettre l’émergence et la visibilité de « l’opposition de gauche ». Il s’agissait de ne pas laisser passer l’opportunité d’élargir ce que le Front de Gauche a voulu incarner depuis le début. C’est-à-dire l’existence d’une alternative à gauche à la politique du PS.
    • Cette possibilité semblait bien ouverte avec la sortie du gouvernement d’EELV. De plus, notre principal allié dans le Front de gauche, le PCF, affirmait sans relâche la nécessité « d’élargir le rassemblement ». Le terrain semblait facile à bâtir ou à déminer. D’autant que dans le même temps, les uns et les autres déclaraient vouloir profiter de la circonstance pour se donner les moyens d’une « implication citoyenne » approfondie.
    • Mais entre les déclarations de chacun et la réalité, le même vieux gouffre s’est ouvert dans la meilleure tradition politicienne. Seuls mes amis (du Parti de Gauche), pleins d’une confondante naïveté, renoncèrent sans contrepartie à quelque tête de liste que ce soit pensant favoriser partout le rassemblement en montrant l’exemple.
    • Leur insistance à faire adopter des chartes éthiques est remarquable dans un tel contexte.
    • Le reste fut une foire d’empoigne locale, un chantage permanent à la division de la part de partenaires obnubilés par la tête de liste, sans la moindre coordination nationale pour essayer d’équilibrer la représentation de chacun. "

     

    Le résultat calamiteux du Front de Gauche et des Verts est le fruit d’un refus obstiné de faire une campagne nationale, sous un label commun, dans un système d’alliance unifié et visible par tous et partout. Quatre combinaisons d’alliance pour treize régions, c’est un record !

     

    Et, localement, que l'on ne vienne pas nous parler de "beau rassemblement" en Charente Maritime :

Au second tour ce sera bonnet blanc & blanc bonnet ! (Elections régionales 2015, région Aquitaine - Limousin - Poitou/Charentes)

- quand une grande partie des adhérents du PCF ont rejeté la candidature de leur secrétaire fédéral comme tête de liste départementale, décidé de ne pas faire campagne (à souligner que lors des élections régionales de 2010 ce sont eux qui avaient sauvé l'honneur du PCF par leur présence sur une liste de rassemblement contre leur direction fédérale qui avait refusé de faire campagne, militant pour une liste commune avec le PS pour le 1er tour), dissensions dont la presse ne manqua pas de se faire l'écho ;

Au second tour ce sera bonnet blanc & blanc bonnet ! (Elections régionales 2015, région Aquitaine - Limousin - Poitou/Charentes)

- quand la liste de "rassemblement" de Charente Maritime n'a pu unir l'ensemble des composantes du FdG, du fait de la volonté de la direction du PCF17 de minorer la place de "ENSEMBLE!" sur la liste...

 

 

- Plus globalement :

" Depuis les massacres du 13 novembre, nous sommes entrés dans un autre monde...... En empruntant une partie des propositions de l’extrême droite et en s’alignant sur les mots de la droite, le PS et son gouvernement ont brisé une digue décisive. Le nombre de ceux qui peuvent préférer l’original à la copie a été gratuitement augmenté dans une perspective étroitement électoraliste d’ailleurs parfaitement illusoire." soulignait récemment Jean-Luc Mélenchon dans L'ére du Peuple.

 

En définitive, le résultat de dimanche est celui d’une mobilisation parfaite de l’extrême droite stimulée par l’onde de choc des attentats et le pilonnage médiatique. Combinée à l’effondrement de l’engagement électoral de la population, à une abstention de masse, et au refus de faire une campagne nationale Front de Gauche[1], le tableau se lit désormais comme une insurrection civique froide sur le mode « Qu’ils s’en aillent tous ».

 

Sur un autre plan, le mode de scrutin modifié en 1999, qui devait minorer le FN, lui donne les clés !

  • Le PS, la gauche et les écologistes disparaissent dans deux régions au moins, plus vraisemblablement dans trois les discussions entre la direction du PS et Jean-Pierre Masseret continuant en vue d’aboutir à la reddition de ce dernier dans la région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes ;
  • Manuel Valls, qui présidait une possible disparition de la gauche du fait de la montée du FN, est en passe de réaliser sa prophétie. En grande partie à cause des effets de la politique qu’il conduit sous la direction de François Hollande. Son silence au soir du scrutin était assourdissant.

 

Le naufrage de ce 6 décembre a en effet une autre cause.... le mode de scrutin !

Plus ancienne, et donc oubliée de notre société sans mémoire, la modification du mode de scrutin n’en a pas moins produit ses effets, agissant comme un couperet. De 1986 à 1998, les conseils régionaux étaient élus à la proportionnelle à un tour sur listes départementales. Passer la barre de 5 % permettait d’avoir des élus et donc aux principaux courants politiques d’être représentés.

 

Mais pour nos formations gouvernementales l’absence d’une majorité de godillots était insupportable. En 1998, faute de majorité nette en leur faveur, quelques notables de droite ont passé accord avec le Front national pour emporter les présidences et constituer des majorités de gestion avec l’extrême droite. Ce fut le prétexte pour changer la loi électorale.

 

Le mode de scrutin que l’on connaît aujourd’hui, imaginé par le PS et le gouvernement Jospin, voté par le PS, le RPR et l’UDF, avait pour but de minorer la représentation du FN. Ce qui fut le cas en 2004 et 2010. Mais en accordant une prime de 25 % à la liste arrivée en tête, ce mode de scrutin lui donne aujourd’hui possiblement les clefs de deux à trois régions, alors même que l’extrême droite n’y réuni pas la majorité des suffrages exprimés. Et c’est cette disposition qui oblige les listes PS, confrontées à cette éventualité, de se faire hara-kiri pour tenter de l’empêcher.

 

On savait déjà combien l’inversion du calendrier électoral voulu par Lionel Jospin (il s’agissait de reporter la date des élections législatives pour qu’elles se tiennent quelques semaines après la présidentielle, et non quelques semaines avant) avait dramatiquement renforcé le fait présidentiel et étouffé le débat à gauche. On découvre aujourd’hui les effets anti-démocratiques de la réforme du mode de scrutin régional du même Lionel Jospin. Il est plus que temps de songer à refonder nos institutions..... une VIéme République s'impose !

 

 

- Un vaste projet de recomposition du paysage politique avec l'instrumentalisation du FN

Cette situation s'inscrit dans une vaste manoeuvre de recomposition du paysage politique dans laquelle la liquidation du PS est planifiée. Hollande, Valls, la direction du PS.... sont à la manoeuvre et utilisent le FN dans cet objectif !

 

Manuel Valls, ne cesse t-il pas de répéter que « le mot "socialisme" est dépassé » et que « le PS devra, un jour, changer de nom pour être en cohérence avec notre temps » avec en ligne de mire la construction d'une "maison commune" ?


Les élections régionales 2015 en sont un nouveau témoignage dramatique dans laquelle nous assistons à une partie de billard à 3 bandes avec en arrière pensée les prisidentielles de 2017, et ce au nom de la lutte contre le FN qui peut se schématiser ainsi :

- tout faire pour monter le FN en mayonnaise ;
- faire des primaires à gauche pour éliminer "la gauche (les forces situées à la gauche du PS) "... et ne garder que le PS ;
- appeler à l'union nationale, quitte a constituer une force politique unique
(ce dont rêve Valls) "droite - centre - PS" au nom de la lutte contre le FN (une partie des forces de droite rejoignant le FN et l'autre cette nouvelle force) ;
voilà ce à quoi s'emploie Valls, Hollande et la rue de Solférino.... quitte à liquider le PS au passage !
In fine ce serait le bipartisme à l'américaine !

 

 

- Et maintenant ?

Sur la région (ALPC) Aquitaine - Limousin - Poitou/Charentes un second tour opposera :

  • Alain Rousset (PS) ;
  • Virginie Calmels (LR) ;
  • et Jacques Colombier (FN).

 

Les forces politiques se sont exprimées :

  • Pour le PCF[2] c'est notamment : "Au deuxième tour nous appelons à dire non à l'austérité qui nourrit la désespérance et à ne laisser aucune chance à la droite et l'extrême-droite de prendre les rênes de la Région."... Mais comment "dire non à l'austérité qui nourrit la désespérance" en votant A. ROUSSET qui en est le représentant local et aura en charge de la mettre en oeuvre au travers du budget régional ?
  • Pour le Parti de Gauche et ENSEMBLE![3] c'est notamment : ".... plus que jamais reconstruire une perspective d'avenir est nécessaire : dans l'immédiat, elle implique de n'accorder aucune voie à la droite et à l’extrême droite dimanche."

 

- Et que l'on ne vienne pas me sortir que la République est en danger en Aquitaine-Limousin-Poitou/Charentes.... les chiffres démontrent le contraire !
- Par contre Virginie CALMETS et Alain ROUSSET sont, au nom de l'austérité, porteurs d'une même politique libérale qui va à l'encontre des besoins des populations en matière d'emplois, de services publics, de développement des territoires, de défense de l'environnement !

 

le 13 décembre, je n'accorderai aucune voie à la droite et à l’extrême droite..... ce sera bonnet blanc & blanc bonnet !

...JE VOTERAI BLANC !

 

Au second tour ce sera bonnet blanc & blanc bonnet ! (Elections régionales 2015, région Aquitaine - Limousin - Poitou/Charentes)
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blog INSOUMIS.
  • : INFORMER pour MOBILISER et AGIR ENSEMBLE
  • Contact

La France insoumise, L'AVENIR EN COMMUN

-N'attendez pas la consigne !

✅ Rejoignez la France insoumise (cliquez ci-dessous) 👇

-" NOUS SOMMES POUR " le site de la campagne des présidentielles 2022

Ensemble, tout est possible !
Nous sommes déjà plus de 183 000, rejoignez nous
 ( pour nous rejoindre, cliquez ci-dessous) 👇

 

-

" L’AVENIR EN COMMUN ", programme de campagne 2022

✅ Visitez  le programme de 2022 (cliquez ci-dessous) 👇

" L’avenir en commun " est en version téléchargeable ICI

 

-

Le JOURNAL de L'INSOUMISSION (cliquez ci-dessous) 👇

 

- La chaîne télé de Jean Luc Melenchon (cliquez ci-dessous) 👇

Pour vous abonner gratuitement, cliquez ICI

Recherche

La France insoumise à l'Assemblée Nationale

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

Sur les réseaux sociaux  :

Facebook  - Twitter

Pour ne pas avoir à subir un duel Macron/Le Pen en 2022 : LEVONS NOUS EN MASSE !


 

🔴  Pour une VIe République, refonder notre démocratie... levons nous en masse !

 

👉 Ensemble, nous les mettrons en échec, un outil est à votre disposition : ✍️ https://noussommespour.fr/

 

Le site du Parti de Gauche

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Manifeste pour l'Ecosocialisme

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Mouvement pour la 6e République

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Des outils pour combattre le FN et l'idéologie d'extrême droite française

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇


🔴  et aussi : Observatoire national pour « mettre sous surveillance » l’extrême droite

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇