Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 21:45
SNCF : quels enjeux dans l'appel unitaire à la grève reconductible à partir du 10 juin ?

Le 22 mai dernier une manifestation unitaire nationale (CGT, Sud Rail, UNSA, FO), réunissait près de 22 000 cheminots contre la casse programmée du service public de transport de voyageurs et de marchandises par voie ferrée au travers d’un projet de loi gouvernemental mis sur la place publique le 16 octobre 2013.

 

Depuis cette initiative syndicale massive du mois de mai, rien n'a bougé du côté du gouvernement, qui englué dans la logique néolibérale de l'Europe qu'il soutient, ignore les mises en garde, alertes et propositions exprimées par les cheminots et associations d'usagers diverses.

 

C'est dans ce contexte qu'un préavis de grève unitaire a été déposé pour le 10 Juin prochain par les cheminots.

 

- Ainsi, l’avenir d’une des dernières entreprises nationales de service public va se jouer dans quelques jours.

Le débat parlementaire sur le sujet est prévu de débuter à partir du 17 juin 2014.

 

- Projet de loi du gouvernement : la fausse bonne solution !

  • En effet, ce projet de loi n’offre aucune perspective sur le financement de la rénovation et du développementdu réseau. Pourtant, la majorité des désagréments quotidiens subis par les usagers proviennent d’un état dégradé des infrastructures qui ont été délaissées depuis des décennies.
  • Le projet ne revient pas sur le nœud du problème qu’est la dette importante contractée par l’Etat au nom de la SNCF. Ces investissements sont pourtant nécessaires (création de lignes à grande vitesse, entretien, régénération du réseau existant...) afin de répondre au développement du service public ferroviaire, à l’aménagement du territoire, aux besoins de l’intérêt général.
  • Il est urgent de rompre avec ces logiques libérales qui visent la rentabilité financière en favorisant l’ouverture à la concurrence des services publics en général (EDF, GDF, La Poste). Cette stratégie, là où elle a été mise en œuvre, n’a apporté aucune amélioration notable pour les usagers, bien au contraire, les services se sont dégradés à l’inverse des prix qui ont pour leur part flambé.

 

- Pendant ce temps à là SNCF... la casse est à l'oeuvre en interne...

  • Le Président de la SNCF accélère, depuis sa nomination en 2008, les restructurations internes à la SNCF et notamment la séparation des activités (TER, Transilien, TGV, Fret, Inter-cités...) qui empêche toutes formes de mutualisation des moyens de production, garante d’une meilleure réactivité, efficacité.
  • En outre, les milliers de suppressions d’emplois opérées ces dernières années n’ont produit qu’une dégradation de la qualité de service au quotidien, avec notamment une baisse considérable de la présence humaine dans les gares et dans les trains, des fermetures de gares et guichets ne permettant pas d'accompagner et d'informer les usagers dans les démarches autour de la préparation de leurs voyages.
  • La politique menée par la SNCF ces dernières dans le cadre des orientannées libérales des gouvernements Sarkozy et Hollande a programmé et précipité le déclin du Fret SNCF en matière de transport de marchandises par rail, encombrant les routes de millions de camions supplémentaires (nous en savons quelque chose avec la desserte du port de La Pallice), remettant en cause la sécurité routière au quotidien et le développement des modes de transport plus respectueux de l’environnement.

 

- Des PROPOSITIONS ALTERNATIVES, les cheminots en ont ! SNCF et gouvernement y sont sourds !

  1. LE RECRUTEMENT DE CHEMINOTS FORMÉS ET QUALIFIÉS pour assurer dans tous les services les charges de travail avec la qualité et la sécurité dues aux usagers.
  2. LA RÉ-HUMANISATION DES GARES ET DES TRAINS afin d’améliorer l’accueil, l’information et la sécurité des usagers.
  3. LA RÉOUVERTURE DE GARES ET DE GUICHETS permettant l’accès au transport ferroviaire de proximité.
  4. UNE RÉGULATION DES TARIFS permettant un accès aux trains à tous les citoyens.
  5. LA MUTUALISATION DES MOYENS HUMAINS ET MATÉRIELS permettant une meilleure régularité, efficacité et réactivité de l’entreprise.
  6. LA RELANCE DU TRANSPORT DE MARCHANDISES PAR LE FRET SNCF, dans le cadre d’une activité d’intérêt général.

 

- La SNCF appartient à la Nation.
En cela, l’Etat doit jouer un rôle central en termes d’égalité d’accès au mode ferroviaire au plus près des lieux de vie, d’aménageur du territoire pour permettre un maillage territorial qui favorise la réponse aux besoins de transport des usagers et des chargeurs en ce qui concerne les marchandises.
 
L’Etat doit aussi intervenir sur la régulation des tarifs de la SNCF au quotidien, en rétablissant les tarifs sociaux comme levier essentiel en matière d’égalité de traitement de la population, tenant compte des différentes situations des ménages.
 
Pour que la Société Nationale des Chemins de fer Français (La SNCF) ne devienne pas la Société Nationale du Cash et de la Finance, les cheminots agiront par la grève à partir du 10 juin 2014, 19H pour exiger des réponses aux revendications qui concernent aussi notre quotidien d'usager.
 
Les cheminots sont conscients des désagréments qu’une telle action va engendrer, l’avenirdu Service Public ferroviaire passe toutefois par une autre réforme que celle voulue par le gouvernement et la direction de la SNCF.
 
- Sur le même sujet, pour en savoir plus, lire aussi :
- Par Laurence Pache Secrétaire nationale du Parti de Gauche : Ras le bol des mensonges gouvernementaux et médiatiques
- Par le Parti de Gauche (tract à télécharger) SNCF, une grève d’intérêt général

SNCF : quels enjeux dans l'appel unitaire à la grève reconductible à partir du 10 juin ?
Partager cet article
Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 00:52
En réponse à l'adresse de l'intersyndicale CGT- UNSA- SUD-Rail aux parlementaires européens
Source : europe.jean-luc-melenchon 19 février 2014
Chers camarades cheminots,
 http://europe.jean-luc-melenchon.fr/files/rail-250x157.jpg
Vous attirez l'attention des parlementaires européens sur la nouvelle étape de libéralisation du rail qui s'annonce. Je tiens à vous rappeler mon soutien dans cette bataille.
Je partage votre analyse sur les résultats de ces libéralisations : les compagnies nationales sont lancées dans une course effrénée pour réduire les coûts, au détriment de la qualité du service public, de la sécurité et des conditions de travail des salariés du rail. Dans le fret, l'ouverture à la concurrence se solde par une baisse du fret ferroviaire au profit du fret routier montrant l'absurdité de cette politique.
 
Vous posez trois exigences auxquelles je souscrits pleinement.
Je partage votre demande qu'une évaluation sérieuse des conséquences des trois premiers paquets ferroviaires soit réalisée avant toute nouvelle législation. J'ai moi-même interpellé la Commission européenne par une question écrite, le 8 octobre dernier sans obtenir de réponse satisfaisante.
Vous réclamez également le droit pour chaque Etat-membre de définir sa propre organisation ferroviaire ainsi que le champ du service public en la matière. Cela rejoint parfaitement nos propositions et notre volonté de désobéir à l'Union européenne si cela s'avère nécessaire pour défendre le service public ferroviaire.
Je partage entièrement votre volonté de faire reconnaître le transport ferroviaire de marchandises, notamment la messagerie et le wagon isolé, comme une activité d'intérêt général, protégée de la concurrence. C'est un point essentiel de la planification écologique que je défends.

 
Depuis le début de mon mandat européen, je me suis opposé aux étapes de la libéralisation du rail. En novembre 2011 et en juillet 2013 mon groupe a voté contre le rapport du social-démocrate Serracchiani sur la refonte du premier paquet établissant un espace ferroviaire unique européen. Voici ce que j’en avais dit à l’époque :

" La libéralisation à marche forcée du secteur ferroviaire a conduit à une baisse de l'utilisation de ce mode de transport. Dans ce texte, la majorité est contrainte de se rendre à l'évidence de ce constat. Elle n'en tire pourtant aucune conséquence et propose avec la Commission de renforcer la libéralisation en cours. Elle avalise la casse des entreprises publiques, l'octroi de nouveaux pouvoirs à la Commission en la matière, les possibilités de sanctions en cas de non-respect des normes européennes et demande que la libéralisation du transport de passager soit au plus vite effective. Seul bon point: elle refuse à la Commission l'obligation de service minimum des cheminots en cas de grève. Cette petite victoire ne saurait faire oublier le reste."

 
La réforme ferroviaire que prépare le gouvernement Hollande va dans le même sens. L'éclatement de la SNCF en 3 établissements publics va aggraver le morcellement du système ferroviaire français alors que nous aurions besoin de revenir à un service public intégré. François Hollande a ainsi avoué à la Commission européenne que« dans le domaine des transports, la réforme du système ferroviaire, actuellement préparée par le gouvernement, permettra de préparer l’ouverture à la concurrence du transport de passagers d’ici 2019 »[1].
 
Soyez assurés de mon engagement total dans cette bataille pour le service public ferroviaire et de ma disponibilité pour mener ce combat à vos côtés dans les initiatives que vous pourrez prendre. Lors du vote au Parlement européen prévu le 26 février prochain, vous pouvez d’ores et déjà compter sur ma voix pour refuser cette nouvelle étape de la libéralisation du rail !
 
 
[1] Rapport économique, social et financier, annexe au Projet de loi de finances 2014 , p.31-32
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Blog INSOUMIS.
  • : INFORMER pour MOBILISER et AGIR ENSEMBLE
  • Contact

La France insoumise, L'AVENIR EN COMMUN

-N'attendez pas la consigne !

✅ Rejoignez la France insoumise (cliquez ci-dessous) 👇

-" NOUS SOMMES POUR " le site de la campagne des présidentielles 2022

Ensemble, tout est possible !
Nous sommes déjà plus de 183 000, rejoignez nous
 ( pour nous rejoindre, cliquez ci-dessous) 👇

 

-

" L’AVENIR EN COMMUN ", programme de campagne 2022

✅ Visitez  le programme de 2022 (cliquez ci-dessous) 👇

" L’avenir en commun " est en version téléchargeable ICI

 

-

Le JOURNAL de L'INSOUMISSION (cliquez ci-dessous) 👇

 

- La chaîne télé de Jean Luc Melenchon (cliquez ci-dessous) 👇

Pour vous abonner gratuitement, cliquez ICI

Recherche

La France insoumise à l'Assemblée Nationale

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

Sur les réseaux sociaux  :

Facebook  - Twitter

Pour ne pas avoir à subir un duel Macron/Le Pen en 2022 : LEVONS NOUS EN MASSE !


 

🔴  Pour une VIe République, refonder notre démocratie... levons nous en masse !

 

👉 Ensemble, nous les mettrons en échec, un outil est à votre disposition : ✍️ https://noussommespour.fr/

 

Le site du Parti de Gauche

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Manifeste pour l'Ecosocialisme

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Mouvement pour la 6e République

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Des outils pour combattre le FN et l'idéologie d'extrême droite française

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇


🔴  et aussi : Observatoire national pour « mettre sous surveillance » l’extrême droite

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇