Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2018 4 25 /10 /octobre /2018 20:40
Le « progressisme », une auto-définition du macronisme ?

« Le progressisme parle aux gagnants de la mondialisation, peu aux milieux populaires » et constitue le pire des populismes !

Le politologue Jérôme Sainte-Marie décrypte la façon dont Emmanuel Macron veut recréer un clivage avec les conservateurs et les nationalistes.

Pour le politologue Jérôme Sainte-Marie, président de l’institut de conseils et d’études Pollingvox, le « progressisme » revendiqué par le chef de l’Etat se définit surtout « par opposition » aux conservateurs et aux nationalistes.

 

Sources : Midi Insoumis, Populaire et Citoyen par Alexandre Lemarié, | mis à jour le 27/12/2020

- Alexandre Lemarié : Emmanuel Macron veut doter son camp d’un nouveau corpus idéologique, le progressisme. Pour quelle raison ?

Jérôme Sainte-Marie : Cela correspond à trois objectifs. Emmanuel Macron entend d’abord nommer son projet idéologique pour le faire partager autant que possible. Avec l’idée de dépasser le clivage gauche-droite pour s’inscrire dans un axe perpendiculaire à celui-ci, qui est l’opposition entre les progressistes et les nationalistes, assimilés aux réactionnaires.

 

Le deuxième aspect est électoraliste. En imposant une nouvelle lecture du conflit politique, le chef de l’Etat cherche à entretenir les tensions et les contradictions au sein des partis de gouvernement traditionnels, que sont Les Républicains et le Parti socialiste, en espérant que la vie politique française ressemble durablement au second tour de la présidentielle. Le troisième aspect, enfin, est sociologique. Les catégories sociales qui ont amené Emmanuel Macron au pouvoir, que je regroupe dans « le bloc élitaire », sont convaincues de porter un projet réellement progressiste.

 

 

- Alexandre Lemarié : Qu’est-ce que le progressisme revendiqué par M. Macron et La République en marche ?

Jérôme Sainte-Marie : Il est facile à définir, dans la mesure où il a été décrit par anticipation par le philosophe Jean-Claude Michéa, en 2011, dans son ouvrage Le Complexe d’Orphée [Flammarion, 2014] avec en sous-titre « La religion du progrès ». Cela correspond à une projection dans l’avenir débarrassée aussi bien des contraintes au développement capitaliste que pouvait constituer la morale traditionnelle, chère à une partie de la droite, que des limites issues du mouvement ouvrier, chères à une partie de la gauche. C’est aussi un projet adapté au stade actuel d’un capitalisme à la fois mondialisé et financiarisé. Il est porté sans restriction par ceux que le chercheur du Cevipof Luc Rouban a définis dans son livre, Le Paradoxe du macronisme, [Presses de Sciences Po], comme les « socio-libéraux ». C’est-à-dire des gens acquis à la fois au libéralisme culturel et au libéralisme économique le plus abouti. Les cadres supérieurs des grandes entreprises privées en constituent le noyau.

 

 

- Alexandre Lemarié : Le macronisme est-il un progressisme ?

Jérôme Sainte-Marie : Il me paraît clairement une forme de progressisme dans la mesure où il correspond à un accompagnement, voire à une accélération, du cours des choses. Assimilant progrès et croissance, il poursuit l’adaptation de la France à la mondialisation économique et financière. Quant à savoir si cela correspond à un réel progrès, un avenir désirable, la réponse pour chacun dépend de ses valeurs personnelles mais aussi de sa position dans la structure sociale.

 

 

- Alexandre Lemarié : En quoi l’emploi de ce mot est-il une rupture avec le traditionnel clivage gauche-droite ?

Jérôme Sainte-Marie : La gauche pensait pouvoir proposer le libéralisme culturel sans le libéralisme économique. La droite classique, elle, promettait davantage de libéralisme économique, couplé à la défense des valeurs traditionnelles. Le progressisme d’Emmanuel Macron postule que ces entre-deux sont une illusion. Il lui préfère un libéralisme intégré, plus conséquent. Pour autant, le chef de l’Etat ne parle jamais de libéralisme.

 

 

- Alexandre Lemarié : Pour quelle raison ?

Jérôme Sainte-Marie : Il sait qu’il ne peut y avoir de majorité autour du mot « libéralisme », qui, comme « populisme », est chargé d’une connotation très négative dans l’opinion française. Le terme « libéralisme » risquerait de reconstituer le clivage gauche-droite aux dépens d’Emmanuel Macron, en situant ce dernier à droite. Le terme « progressisme », à l’inverse, renvoie davantage à une sémantique de gauche.

 

 

- Alexandre Lemarié : Avec un tel concept, le président se situe donc plutôt à gauche…

Jérôme Sainte-Marie : Au XXe siècle, ce fut un terme porté par la gauche, voire à une époque par le Parti communiste pour désigner ses « compagnons de route ». Son emploi comporte donc un risque pour Emmanuel Macron car il est encore de nature à effrayer une partie d’un électorat issu de la droite traditionnelle, dont le chef de l’Etat a pourtant besoin pour élargir sa base électorale. Son enjeu est de faire subir au mot « progressisme » ce qui a été infligé au mot « réforme ». C’est-à-dire le faire passer du camp de la revendication sociale à celui de la promotion de la dynamique économique.

 

 

- Alexandre Lemarié : N’est-ce pas un concept un peu fourre-tout, au risque d’être difficilement lisible par l’opinion ?

Jérôme Sainte-Marie : C’est un autre risque. Ce mot parle avant tout aux milieux aisés, aux gagnants de la mondialisation. Et très peu aux milieux populaires. Surtout, il dénote d’un optimisme très décalé avec ce que ressentent la majorité des Français, qui anticipent plutôt une dégradation de leurs conditions de vie. Veulent-ils plus de concurrence, plus d’individualisme ? Dans les « trente glorieuses », les Français anticipaient l’avenir de manière positive. Aujourd’hui, face au chômage, au déclassement et aux mutations culturelles subies, ils ne souhaitent pas forcément une accélération des processus.

 

 

- Alexandre Lemarié : Pourquoi M. Macron veut-il résumer les européennes à un combat entre populistes et nationalistes ?

Jérôme Sainte-Marie : Chez le chef de l’Etat, le progressisme se définit un peu par lui-même mais davantage par opposition. Parfois face aux conservateurs et aux réactionnaires. Le plus souvent face aux nationalistes et aux souverainistes, comme il l’a fait dans son discours devant le congrès réuni à Versailles, le 9 juillet. En cela, il s’inscrit dans une visée essentielle de son projet : maintenir l’arrimage de la France à l’Europe. C’est ce qui lui a valu ses soutiens initiaux. Il réanime ce concept pour mettre en scène à l’occasion des européennes un conflit entre ce qu’il appelle la « lèpre » populiste et les forces de progrès, c’est-à-dire peu ou prou, entre le camp du mal et celui du bien.

 

 

- Alexandre Lemarié : Cette approche binaire ne risque-t-elle pas d’étouffer le débat démocratique ?

Jérôme Sainte-Marie : Schématiser l’enjeu des européennes comme un conflit entre progressistes et nationalistes est une dramatisation telle du débat politique qu’elle rend celui-ci pratiquement impossible.

 

Plutôt que de penser une scène démocratique où des projets divers s’affrontent, également légitimes, il instaure une césure morale, voire une ligne de front. Cette diabolisation de l’adversaire aboutirait à étendre aux eurosceptiques, voire à tous les eurocritiques, la stigmatisation dont font l’objet depuis trente ans les électeurs du Front national.

 

-------------------------------

 

1er mai 2018 : un tweet de Macron... qui en dit long !-

Le « progressisme », une auto-définition du macronisme ?

-Quand je vois Brigitte Macron comparer son mari à Atlas qui porte le monde[1], voici l'image qui me vient subitement

Le « progressisme », une auto-définition du macronisme ?

 

-Le macronisme est un séparatisme ! par Adrien Quatennens député France insoumise

 

Note :

[1Fini Jupiter, Brigitte Macron compare son mari à Atlas, « ce dieu qui porte la voûte terrestre »

 

Pour en savoir plus :
- 
Macron : la démocratie sans le peuple

- Qu'est-ce que le «capitalisme populaire» prôné par Emmanuel Macron ?

- Libéraux contre populistes, un clivage trompeur

- Macron Président : quelle légitimité ?

- Le progressisme est le pire des populismes

- LE « PROGRESSISME » D’EMMANUEL MACRON EST-IL SYNONYME DE PROGRÈS SOCIAL ?

- Jean-Luc Mélenchon : Emmanuel Macron : le libéralisme autoritaire 

- NPA : Le macronisme est un autoritarisme : « projet de société global »

- Progressisme ou fascisme? De quoi Emmanuel Macron est il le nom ?

- Le virage thatchérien d’Emmanuel Macron

- Le macronisme, un progressisme totalitaire

- Macron lâche le progressisme, connoté à gauche, pour la souveraineté, référence de droite

- Le Royaume-Uni est un exemple parlant de ce qu’entend le président Emmanuel Macron par « progressisme ». Sous couvert de politiques libérales destinées à « libérer » le pays de ses archaïsmes (entendre solidarité, aides sociales, impôts), les gouvernements progressistes ont choisi de mener une véritable guerre contre les pauvres. Non pas contre les causes de la pauvreté, mais bien contre les pauvres, vu comme les seuls responsables de leur situation https://www.lemondemoderne.media/la-pauvrete-est-un-choix-politique/.

- Le Macronisme, une sorte de fascisme inédit

- Macron s’est transformé durant son mandat en mime grimaçant de l’extrême droite

- Dans L’Express, Macron se place dans le camp des anti-Lumières

- Qu'est-ce que le « capitalisme populaire » prôné par Emmanuel Macron ?

- Jean-Luc Melenchon : " Les castors dînent avec Le Pen "

- Séparatismes :

- « Le macronisme nous fait courir le risque d’accélerer “ l’archipélisation ” d’un pays toujours plus divisé »

- Sécurité : le séparatisme des médias

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blog INSOUMIS.
  • : INFORMER pour MOBILISER et AGIR ENSEMBLE
  • Contact

La France insoumise, L'AVENIR EN COMMUN

-N'attendez pas la consigne !

✅ Rejoignez la France insoumise (cliquez ci-dessous) 👇

-" NOUS SOMMES POUR " le site de la campagne des présidentielles 2022

Ensemble, tout est possible !
Nous sommes déjà plus de 183 000, rejoignez nous
 ( pour nous rejoindre, cliquez ci-dessous) 👇

 

-

" L’AVENIR EN COMMUN ", programme de campagne 2022

✅ Visitez  le programme de 2022 (cliquez ci-dessous) 👇

" L’avenir en commun " est en version téléchargeable ICI

 

-

Le JOURNAL de L'INSOUMISSION (cliquez ci-dessous) 👇

 

- La chaîne télé de Jean Luc Melenchon (cliquez ci-dessous) 👇

Pour vous abonner gratuitement, cliquez ICI

Recherche

La France insoumise à l'Assemblée Nationale

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

Sur les réseaux sociaux  :

Facebook  - Twitter

Pour ne pas avoir à subir un duel Macron/Le Pen en 2022 : LEVONS NOUS EN MASSE !


 

🔴  Pour une VIe République, refonder notre démocratie... levons nous en masse !

 

👉 Ensemble, nous les mettrons en échec, un outil est à votre disposition : ✍️ https://noussommespour.fr/

 

Le site du Parti de Gauche

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Manifeste pour l'Ecosocialisme

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Mouvement pour la 6e République

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Des outils pour combattre le FN et l'idéologie d'extrême droite française

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇


🔴  et aussi : Observatoire national pour « mettre sous surveillance » l’extrême droite

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇