Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2021 4 06 /05 /mai /2021 13:34
2022 : gagner aussi sur le vote RN... c'est nécessaire,... et c'est possible !
2022 : gagner aussi sur le vote RN... c'est nécessaire,... et c'est possible !
2022 : gagner aussi sur le vote RN... c'est nécessaire,... et c'est possible !

... et ce, n'en déplaise à Olivier Faure du PS[0bis] !

- car Marine Le Pen : c'est l’autre candidate des riches[1bis]...

- Pour commencer, gagner, c'est d'abord une question de conviction et de choix politique...

- Jean-Luc Melenchon appelle le camp de l’égalité à faire bloc face à l’extrême droite[0] et à une mobilisation populaire contre l'abstention !

 

 

Individuellement, il faut commencer par y croire pour mener bataille. Si on capitule avant, ce sera compliqué... or la solution est là qui fait que gagner c'est possible en 2022 !
- Résultat 1er tour présidentielles 2017 : 7 059 951 voix pour J.L. Melenchon
- Pour être au second tour il a manqué 600 000 voix
- Si 1 électeur sur 10 de J.L. Melenchon en 2017 arrive a gagner 1 voix, on à gagné ! C'est possible, il y a eu 10 millions d'abstentionnistes...

- Mais pas que, sachant qu'une partie de la population, résidant dans des territoires de la périphérie des villes et dans d'anciens bassins industriels touchés par la crise, les processus de délocalisation et de désaffiliation sociale, véritable « électorat de la crise » se sont réfugiés, par rejet politique de cette " gôche " libérale dans le vote FN/RN, sans pour autant en partager l'idéologie et ne sont donc pas politiquement totalement perdus.

 

Sources : Durand Eric | mis à jour le 24/05/2021
- L'extrême-droite, c'est : partout la même idéologie de la violence et du refus de la différence

La logique de l'extrême droite est « l’éloge de la force », l'idée que le peuple devrait se soumettre à une loi naturelle, celle du plus fort, celle de la compétition et de la « sélection naturelle ». A leurs yeux,  les êtres humains ne sont pas égaux, il existe une hiérarchie naturelle entre les Hommes et la normalité serait les forts dominant les faibles.  Cela permet alors à l’extrême droite de justifier le racisme, le sexisme, le colonialisme, les inégalités ou l'exploitation. L'autre face de cette idéologie est de se considérer comme faisant partie d'un même groupe social en retenant une définition ethnique et identitaire, chez nous, de la nation française.

 

Le Pen sait parler à ces gens lorsqu'elle lorsqu'elle s'en prend aux immigrés, à la population de religion musulmane, aux féministes, aux LGBTQIA+, aux antifa, aux « communistes », aux progressistes… ces catégories étant considérées par les  militant.es d’extrême droite comme les ennemis de la nation, et responsables de l'affaiblissement du pays. Leur croyance d’être mis en danger par ces catégories rend légitime à leurs yeux le fait de nier le processus démocratique. 

 

 

- L'extrême-droite, c'est : partout la même idéologie contre la démocratie
La démocratie suppose d'accepter que l’on puisse penser différemment.

Penser différemment vient aussi parfois de nos différences.

  • La démocratie suppose donc d’accepter également cette  différence chez l'autre, d'accepter l’autre pour ce qu'il est, pour ce qu'il croit ou pour ce qu'il pense et donc de le considérer comme un semblable ;
  • À partir du moment où l'on nie à l'autre la qualité d'égal ou son appartenance à la communauté, sa voix n'a plus d'importance.
  • Voilà pourquoi l’extrême droite, à chaque fois qu’elle l’a pu, s’est sentie légitime d’imposer sa vision par la violence, quitte à commettre des atrocités, l’autre étant nié dans son humanité.
  • Tout comme elle n’hésite pas à contourner les processus démocratiques, considérant la nation en danger, persuadée de détenir la vérité et quitte à soumettre une majorité par la force. 

 

 

- L'extrême-droite, c'est : partout le mensonge, la falsification et la manipulation comme méthode
La falsification des faits, des réalités sociales, historiques et scientifiques sont des méthodes qu’affectionne l’extrême droite. Théoriser un complot permet de construire de toute pièce des ennemis. Et puisque ce sont des ennemis, ils leur sont forcément hostiles, la démonstration est imparable ! Les faits importent peu ! Aux USA, Donald Trump a opéré de la sorte, en inventant le « complot démocrate » et la falsification des résultats électoraux.

 

Il faut constater que ces méthodes à l'heure d'internet font des ravages. L’extrême droite (en France, comme partout dans le monde) a très bien compris la puissance d'internet dans la lutte politique. Elle y est très organisée, agit de manière efficace et insuffle le doute chez toute une frange de la population, désabusée et délaissée depuis tant d’années par les pouvoirs politiques de gouvernement.

 

  • Sur les réseaux sociaux, fakes news et thèses conspirationnistes sont légions.  Nous voilà donc devant notre écran abreuvés d’informations manipulées, sans détenir les outils permettant à tout à chacun.e de vérifier, croiser les sources… Comme la rumeur se propageait comme une traînée de poudre dans un village, à l’heure d’internet et des réseaux sociaux, l’échelle est d’autant plus grande qu’elle en devient encore plus inquiétante et dangereuse. C’est le fameux « y’ pas de fumée sans feu ! ». Le phénomène de « bulle de filtre[1] » et l'absence de contradiction sur les réseaux font prospérer les thèses confusionnistes. Voilà comment, aux USA, parmi les électeurs républicains, certains se sont laissés convaincre de la réalité de la fraude électorale. L’élection leur aurait été volée. Et ce alors même que la plupart des responsables républicains se sont désolidarisés de leur candidat, D. Trump, et ont reconnu les résultats.
  • Et dans ce contexte, la manipulation de la violence à des fins politiques n'est pas à écarter[3bis].

 

 

- Une conception de l'extrême-droite que l'on retrouve en France
Nous retrouvons ce même logiciel idéologique au sein de l’extrême droite française. On y retrouve la même définition ethnique et  identitaire de la nation, le refus de l'égalité entre les êtres humains et la condamnation des mouvements sociaux ou politiques qui se battent pour l'égalité. Celle-ci jouit de tribunes médiatiques et politiques et adoptent les mêmes méthodes que leurs homologues américains.

 

Hier elle s'attaquait aux prétendus complots « judéo-maçonique », aux « judéo-bolchñeviques », aux juifs, aux immigrés bretons, italiens ou polonais, aux communistes, aux homosexuels ou aux tziganes. Aujourd'hui, elle s'en prend volontiers aux arabes, noirs, musulmans, gens du voyage, immigrés, antifascistes, syndicalistes, féministes et autres défenseurs des droits de l'Homme. Le multiculturalisme serait une hérésie, des mariages mixtes jusqu'aux prénoms qui devraient se limiter à ceux du calendrier des saints chrétiens. L’ennemi serait terré dans l’ « idéologie gay », dans l’« idéologie intersectionnelle », ou chez le « lobby juif » etc...

 

  • Elle falsifie l'Histoire en prétendant par exemple que les communistes étaient du côté de la collaboration, en réhabilitant la mémoire du Maréchal Pétain, en saluant le rôle positif de la colonisation, en qualifiant de génocide la guerre civile de Vendée entre républicains et monarchistes ou lorsqu'elle remet en cause l'existence même de la Shoah.
  • Elle se fait reine des fakes news[2], n'hésitant pas à manipuler et à mentir sur les chiffres de l'immigration ou des réfugiés[3], sujet qui les obsède, et créer du fantasme, un sentiment de peur, un sentiment identitaire qui nous séparerait.
  • On remarquera aussi que cette extrême droite française a toujours soutenu Donald Trump et s'est fait le relais de ses thèses de fraudes électorales, à commencer par Marine Le Pen elle-même. Ceci alors même que Donald Trump était déjà lâché par son propre camp aux Etats-Unis.
  • Sur un autre plan, rappelons nous les émeutes de novembre 2005, et posons nous la question : l’émeute n'est-elle pas aussi, de plus en plus utilisée à des fins d'action politique non conventionnelle ?

 

 

- Dénoncer l’extrême droite pour ce qu'elle est vraiment : le parti de l'ordre injuste des puissants
Les événements du capitole aux USA[4] ont ravivé le débat sur la manière de lutter contre l’extrême droite, en particulier sur les réseaux sociaux.

 

Certes, il faut dénoncer ses méthodes de manipulation de l’opinion publique. Mais surtout il faut l'attaquer sur son projet profondément inégalitaire de la société. Projet que l’on retrouve aussi dans la logique capitaliste qui prône la compétition et voit dans les inégalités la résultante naturelle de cette compétition.  

 

Combattre l’extrême droite, c'est :

  • d'abord mener la bataille culturelle en déconstruisant les préjugés, les raccourcis et mensonges véhiculés par celle-ci. Il ne faut pas leur abandonner le terrain sur leurs thématiques de prédilection que sont les questions identitaires, la définition de la nation, les enjeux liés aux réfugiés, les problématiques de sécurité, les questions liées au terrorisme etc. et leur laisser le monopole des définitions et des solutions. D'où la nécessité d'investir ces thématiques et leur apporter la contradiction ;
  • surtout dénoncer sa véritable fonction : un parti qui défend les intérêts des puissants.
    • Leur autoritarisme et leurs revendications pour plus de répression envers les mouvements sociaux, envers celles et ceux qui se battent pour plus d’égalité et qui remettent en cause les politiques néolibérales, n'est pas quelque chose d’anodin.
    • L’extrême droite est l'idiote utile du système, elle divise les gens sur leurs différences plutôt que de les unir dans la défense de leurs intérêts ;
    • En instaurant du « diviser pour mieux régner », elle participe au maintien de l'exploitation et à défense des intérêts des puissants ;
    • Elle est d’ailleurs son ultime recours, dans le cas où les partis traditionnels de l'ordre établi serait amené à disparaître ;
    • Dans l'histoire, la bourgeoisie et les grands propriétaires capitalistes ont toujours choisi de soutenir l’extrême droite plutôt que les forces de progrès ;
    • N'oublions pas que la bourgeoisie allemande[5] et française[6] dans les années 30, s’est liée aux ligues fascistes et à Hitler face à la montée des communistes et du Front populaire, considérés comme une menace pour leurs intérêts.
  • Il est essentiel de s'adresser à l'électorat d’extrême droite :
    • Ne faisons pas l’erreur d’y voir un ensemble homogène animé d’une même haine de l’autre ;
    •  Beaucoup sont des victimes de la mondialisation, du déclassement en quête d'un État plus protecteur ;
    • L’extrême droite ne défend pas leurs intérêts, et c'est en replaçant au centre du débat politique les thématiques sociales liées à la précarité, aux inégalités et au partage des richesses, que nous ferrons la démonstration que sur ces questions, l’extrême droite a choisi son camp : celui des puissants.

- Commençons par remettre les pendules à l'heure

🔴 Qui a commencé à instrumentaliser le FN ?

Affaiblir ses adversaires pour se renforcer, trouver un moyen de les diviser.... ce n'est pas nouveau.

  • En fin stratège, François Mitterrand a eu recours à cette tactique en 1985, alors que sa cote de popularité était au plus bas. Pour disperser les forces de la droite, pourquoi ne pas favoriser l'essor du Front national ? A l'époque, le mouvement d'extrême droite fondé par Jean-Marie Le Pen ne pèse quasiment rien. Mais il apparaît comme un moyen efficace de tourmenter la droite... [6bis] ;
  • Quand le PS faisait monter le FN… " Le PS a un objectif : que le FN obtienne des scores de plus en plus élevés. Alors, que les élus socialistes ne viennent pas nous donner des leçons de morale quand nous, nous cherchons à faire baisser le niveau d’influence électorale du FN en abordant les problèmes de fond qui contribuent à ce vote » "[6ter] ;
  • Aujourd'hui, c'est Macron qui poursuit la méthode par exemple en instrumentalisant Orban, la laïcité, le communautarisme, pour fracturer la droite, renouveler le duel avec le Rassemblement National qui est son assurance vie et celle du néolibéralisme en France.

 

🔴 Qui a trahi ses engagements et a fait fuir les électeurs vers l'abstention ou le vote RN/FN ?

De " Mon adversaire c'est la finance "... à la Loi ElKhomri

  • Ce fut l’une des phrases les plus marquantes de la campagne présidentielle de 2012 : “ Mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance ”[7]. Prononcée par le candidat Hollande lors du célèbre discours du Bourget, elle fut par la suite régulièrement répétée pendant son quinquennat, synonyme de l’un de ses plus cinglants renoncements ;
  • De son côté, la Loi El Khomri/Valls[8], obéissait aux exigences de Bruxelles et des traités européens en appliquant la politique de l’offre (baisse du « coût du travail », flexibilisation du marché du travail)… Chacun avait compris qu'elle allait pourrir nos vies comme les autres lois du même genre adoptées depuis 30 ans, qu'elle ne créerait aucun emploi et augmenterait la précarité.  dont chacun avait compris qu'elle allait pourrir nos vies. Malgré la lutte de masse, elle a été imposée à coup de 49.3 constituant le summum des trahisons du septennat Hollande.
  • Le résultat ne s'est pas fait attendre. Avec 7 citoyens sur 10 opposés à la loi El Khomri, 3 mois de luttes syndicales et le succès de la grosse manifestation à Paris, des initiatives en province le 14 juin[9] en pleine compétition européenne de football, des milliers de policiers et gendarmes mobilisés en permanence, certains très fatigués qui « pètent les plombs », d’autres qui matraquent à tout va, des députés socialistes totalement discrédités par leur attitude de « petits toutous » qui avalent sans problème le 49-3, la cote de François Hollande à 11% de satisfaits et celle de Valls à 14%... le résultat de cette démarche suicidaire pour l’avenir politique de tous les futurs candidats socialistes est connu.

 

🔴 Au final, Hollande à suscité un tel rejet à gauche, que non seulement il n'a pas été réélu, mais nous en subissons encore politiquement les conséquences aggravées par la politique à Macron

Une enquête menée sur 2041 personnes du 7 au 10 juillet 2020, montre que les français s’auto-positionnent de moins en moins à gauche sur un axe Gauche-Droite. En effet, seuls 13% des français se définissent comme de gauche dans cette étude[10] (dans la même enquête produite en juin 2019, seulement 15% des Français déclaraient se reconnaître dans la notion de " Gauche "[11], soit - 2% en un an) ;

 

🔴 L'analyse ne serait pas complète sans aborder l'évolution du vote FN/RN dans les campagnes

Car ce courant protestataire est désormais enraciné dans ces campagnes où longtemps le FN a été rejeté. Mais attention : ce vote n’est que partiellement paysan. Même si nous assistons à une paupérisation des campagnes qui sont notamment repeuplées par des urbains pauvres chassés des villes (par le coût du logement, la réduction des services et des équipements, la faible priorité aux transports locaux peuvent favoriser la paupérisation des campagnes[10ter]).... résultat des politiques de la droite, de Hollande.., qu'il alimente, ce vote est d’abord celui des " rurbains" , comme on les appelle, ces habitants des villes qui ont du se replier vers les campagnes pour trouver un univers moins dispendieux et qu’ils espéraient accueillant. Ceux là, dont certains ont récemment habillé de jaune leur dépit, " forment les plus imposants bataillons d’électeurs lepénistes, souligne Nicolas Bay, élu RN et expert ès-élections, avec aussi les petits éleveurs ", alors que les céréaliers et gros propriétaires, qui eux profitent grassement de la PAC, demeurent fidèles à la droite[10bis].

 

 

- Cependant, il n'en demeure pas moins vrai que l'on peut gagner en partant à la reconquête de l'électorat populaire ou qu'il soit géographiquement

Pour gagner, il faut faire reculer le fatalisme, la résignation, le vote RN/FN protestataire contre la " gôche " à partir du programme l'Avenir en Commun[11bis] sachant :

  • qu'une partie des électeurs des milieux populaires (ouvriers, employés, chômeurs, petits boulots, bas de la hiérarchie des revenus) s'est réfugiée dans la grève des urnes (commencée sous l'ère Sarkozy[12]) atteignant son paroxysme aux élections européennes de 2019 et municipales de 2020 (le taux d’abstention pour ce second tour s’est élevé à 58,4 %, du jamais-vu dans ces élections) ;
  • qu'une partie de la population, résidant dans des territoires de la périphérie des villes et dans d'anciens bassins industriels touchés par la crise, les processus de délocalisation et de désaffiliation sociale, véritable « électorat de la crise » se sont réfugiés, par rejet politique de cette " gôche " libérale dans le vote FN/RN, sans pour autant en partager l'idéologie ;
    • que tous ne sont pas convaincus par les thèses ethnicisâtes de Marine Le Pen (Ainsi, en 2017, 39 % du vote ouvrier se dirigeait en faveur de Marine Le Pen, 25 % de Jean-Luc Mélenchon et 6 % de Benoît Hamon et 4 % pour l'ensemble de l’extrême gauche)[13] ;
    • que les ruptures économiques et sociales qui ont touché de plein fouet ces milieux entraînent des phénomènes de... rupture politique et de rupture personnelle ;
    • que les acteurs de ces ruptures ne vivent pas forcément leurs évolutions politiques comme des reniements ou des trahisons ;
    • que nombre des électeurs disent, à juste titre, que ce n'est pas eux qui ont changé mais que c'est la gauche qui a changé et les a abandonnés (le septennat Hollande en constituant le pire des témoignages). Au fond, derrière leur vote passé de gauche et le vote actuel frontiste de rejet, reste une volonté pérenne de « voter social »..... ils ne sont donc pas " perdus " pour ceux qui portent un programme social et populaire...., il y a là un potentiel de gens qu'il faut convaincre de faire un autre choix.

 

 

Cet électorat populaire qui n'a aucun intérêt dans Le Pen et ses projets, est essentiel pour espérer peser dans le jeu politique et remporter une victoire : il pèse près de 20 % du corps électoral potentiel[13]... et on peut en convaincre, l'Avenir en Commun en mains.

 

 

2022 : gagner aussi sur le vote RN... c'est nécessaire,... et c'est possible !
2022 : gagner aussi sur le vote RN... c'est nécessaire,... et c'est possible !

Notes :

[0] J’appelle le camp de l’égalité à faire bloc face à l’extrême droite

[0bis] Mais pourquoi Olivier Faure du PS a t-il peur, en 2022, d'une baisse du FN/RN ?

[1] https://www.bilan.ch/opinions/david-delmi/comment-les-reseaux-sociaux-nous-enferment-dans-des-bulles-de-filtres

[1bisMarine Le Pen: l’autre candidate des riches

[2https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/02/12/a-l-extreme-droite-les-fake-news-se-partagent-a-la-pelle-avant-les europeennes_5422458_823448.html

[3https://www.liberation.fr/checknews/2018/10/18/y-a-t-il-250-000-ou-420-000-entrees-legales-d-immigres-par-an_1682354

[3bis] Sociologie de l'émeute | Cairn.info

[4VIDÉO. Etats-Unis : des manifestants pro-Trump envahissent le Capitole

[530 janvier 1933, Hitler n'est pas tombé du ciel, il a été porté au pouvoir par les magnats de l'industrie et de la finance

[6] La droite versaillaise et décomplexée, sans parler de la droite nationaliste, a toujours été prête à choisir « Plutôt Hitler que le Front populaire ». Si le slogan n’est pas avérée sous la plume ou dans la bouche d’un grand patron ou d’un dirigeant d’une des droites françaises de l’entre-deux-guerres, un intellectuel centriste écrivait en 1938 : « On ne comprendra rien au comportement de cette fraction de la bourgeoisie française si on ne l’entend murmurer à mi-voix : « Plutôt Hitler que Blum », propos tenus par deux députés de Meurthe-et-Moselle. Arrivé au pouvoir dans un moment d'euphorie en juin 1936. C’était dans le numéro d’octobre 1938 de la revue Esprit (Lendemains d'une trahison), sous la signature d’Emmanuel Mounier, qui n’avait pas fait preuve d’un antinazisme primaire.

[6bis] Mitterrand et le bon usage du FN

[6ter] François MITTERRAND et le FRONT NATIONAL 33 ans après…

[7Finance : petit rappel des engagements du candidat Hollande

[8] Loi El-Khomri

[9] Paris 14 juin, j'y étais, j'ai vu, j'accuse...

 [10]  LE POSITIONNEMENT DES FRANÇAIS SUR UN AXE GAUCHE-DROITE

[10bis] La percée de Marine Le Pen dans nos campagnes

[10terEN FRANCE, LES PAUVRES S'EN VONT AUSSI À LA CAMPAGNE

[11] En juin 2019, seulement 15% des Français déclaraient se reconnaître dans la notion de " Gauche "

[11bis] Programme l'Avenir en Commun

[12] Les quartiers populaires en grève des urnes

[13Les partis de gauche au défi de récupérer l’électorat populaire

 

Pour en savoir plus :

- Mais de pourquoi Olivier Faure du PS a t-il peur, en 2022, d'une baisse du FN/RN ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blog INSOUMIS.
  • : INFORMER pour MOBILISER et AGIR ENSEMBLE
  • Contact

La France insoumise, L'AVENIR EN COMMUN

-N'attendez pas la consigne !

✅ Rejoignez la France insoumise (cliquez ci-dessous) 👇

-" NOUS SOMMES POUR " le site de la campagne des présidentielles 2022

Ensemble, tout est possible !
Nous sommes déjà plus de 183 000, rejoignez nous
 ( pour nous rejoindre, cliquez ci-dessous) 👇

 

-

" L’AVENIR EN COMMUN ", programme de campagne 2022

✅ Visitez  le programme de 2022 (cliquez ci-dessous) 👇

" L’avenir en commun " est en version téléchargeable ICI

 

-

Le JOURNAL de L'INSOUMISSION (cliquez ci-dessous) 👇

 

- La chaîne télé de Jean Luc Melenchon (cliquez ci-dessous) 👇

Pour vous abonner gratuitement, cliquez ICI

Recherche

La France insoumise à l'Assemblée Nationale

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

Sur les réseaux sociaux  :

Facebook  - Twitter

Pour ne pas avoir à subir un duel Macron/Le Pen en 2022 : LEVONS NOUS EN MASSE !


 

🔴  Pour une VIe République, refonder notre démocratie... levons nous en masse !

 

👉 Ensemble, nous les mettrons en échec, un outil est à votre disposition : ✍️ https://noussommespour.fr/

 

Le site du Parti de Gauche

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Manifeste pour l'Ecosocialisme

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Mouvement pour la 6e République

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇

 

Des outils pour combattre le FN et l'idéologie d'extrême droite française

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇


🔴  et aussi : Observatoire national pour « mettre sous surveillance » l’extrême droite

 Pour accéder au site (cliquez ci-dessous) 👇